A lire aussi

02-12-2019 19:05

Marrakech offre un bel hommage à Bertrand Tavernier 

A l'occasion d'une cérémonie, rehaussée par la présence de stars emblématiques du grand écran,…
Rejoignez nous sur :
Finances

Les cours des métaux de base ressortent toujours en retrait comparativement à l’année précédente. Une tendance qui a déjà affecté les résultats semestriels de la Compagnie minière de Touissit (CMT). Pourtant, le top management, tout comme certains analystes, espère une reprise des cours afin de compenser la contre-performance des six premiers mois de l’année.

Les filières des métaux ferreux et non-ferreux ont été particulièrement chahutées cette année. Les cours du zinc ont même atteint leur plus bas annuel durant le troisième trimestre 2019. En août 2019, le prix du zinc s’était établi à 2.273 dollars la tonne, en baisse de 7,1% sur un mois et de 9,5% sur un an. Pour les analystes, «le désengagement des opérateurs sur le zinc est dû, entre antres, au ralentissement de la demande des industries de consommation sur le marché physique…Ce qui a principalement pesé sur les prix du zinc sur le marché à terme». Même son de cloche pour le plomb. Même si ce dernier a vu son cours au mois d’août augmenter de 3,5% en un mois à 2.045 dollars la tonne. En glissement annuel, le prix du plomb accuse une baisse de 0,4%. («le désengagement des opérateurs sur le zinc et le plomb est dû au ralentissement de la demande des industries de consommation…Ce qui a principalement pesé sur les prix sur le marché à terme»). 

Pourtant, le top management de la Compagnie minière de Touissit semblait confiant dans sa dernière communication financière. «La tendance à la hausse des cours des métaux, au 2e semestre 2019, devrait impacter positivement les résultats de CMT et lui permettre d’améliorer ses performances sur l’année», commentait la minière. Le marché semble réceptif à ses prévisions. Le titre s’échange à 1.335 DH, en amélioration de 3,09%, enregistrant une performance YTD de 2,93%. Pourtant, il faut dire que les résultats semestriels de minière Touissit ont été sensiblement impactés par la baisse des cours des métaux de base. Le chiffre d’affaires s’est ainsi limité à 251 MDH à fin juin 2019, enregistrant un retrait de 14% par rapport à la même période de l’année précédente. Une régression qui a été atténuée en partie par la production des concentrés qui ont progressé de 3%, en glissement annuel et ceci grâce à un climat social plus serein. Les investissements du groupe ont reculé de 40% à 26 MDH. Cela fait suite à l’acquisition d’une machine d’extraction au premier semestre 2018 pour ses besoins.

Par ailleurs, dans le cadre du projet de développement de la mine, la construction du nouveau puits a désormais atteint son rythme de croisière. Si le spectre des cours internationaux altère les perspectives du groupe, d’autres éléments peuvent impacter les résultats financiers de la compagnie à horizon 2020. En effet, le projet de loi de finances prévoit de relever le taux intermédiaire du barème d’IS. Le taux du barème plafonné pour certaines activités, dont le secteur minier, pourrait également atteindre les 20% (contre 17,5%). 


Avis de Fatma Charfi.
Analyste chez Alpha Mena

Potentiel haussier

La Compagnie minière Touissit a enregistré à fin juin 2019 une baisse de tous ses indicateurs financiers. En effet, son chiffre d’affaires, résultat d’exploitation et son résultat net ont reculé respectivement de 13, 28 et 33%.Ce recul s’explique par la baisse des cours du plomb (-20%) et du zinc (-16%) au cours du premier semestre. Par ailleurs, nous tablons sur une légère hausse du chiffre d’affaires de 2,34% en 2019 en tenant compte d’un effet volume favorable malgré un environnement international incertain. En outre, la reprise récente des cours des métaux pourrait améliorer la croissance des ventes. La montée des cours de l’argent, du plomb et du zinc, respectivement de 14,78, 10,64 et 3,1%, depuis le début de l’année, devrait compenser la chute enregistrée en début d’année. La stratégie agressive de réduction des coûts permettra ainsi au minier de maintenir un niveau de marges satisfaisant. D’ailleurs, nous estimons un niveau d’EBITDA appréciable autour de 53,1% sur la période 2019-2021. Selon notre modèle, CMT recèle encore un potentiel de plus de 21%. Le titre se négocie à des niveaux très faibles de 2019 VE/EBITDA (5,66x) et de P/E (10,9x) contre respectivement 13,1x et 27,2x pour ses comparables. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages