A lire aussi

04-12-2019 11:20

Extrémisme religieux: Mamadou Dia accuse !

Le film sénégalais «Nafis’s Father» a été sélectionné pour la compétition du Festival international…
Rejoignez nous sur :
Finances

À fin septembre, l’opérateur télécoms historique affiche des résultats en légère hausse grâce à la data mobile. Ce qui n’a pas empêché les investisseurs de se positionner à l’achat sur le titre. L’action s’échange à 143,50 DH, faisant ressortir une performance annuelle de 1,41%.

Les bonnes réalisations de l’opérateur télécoms historique au titre du troisième trimestre 2019 mettent fin au scepticisme de certains professionnels de la place. Maroc Telecom fait ainsi état d’une hausse de son parc global atteignant les 68 millions de clients à fin septembre 2019. Il en résulte un résultat net ajusté part du groupe de 4,64 MMDH, en hausse de 1,3% à base comparable et un EBITDA de 14,4 MMDH en croissance de 4,9% à base comparable. Profitant de la poursuite des efforts d’optimisation des coûts, les revenus du groupe se sont établis à 27,3 MMDH, en progression de 0,9% à base comparable grâce à la data mobile. Il est à noter que l’opérateur s’est engagé à réaliser sur les trois prochaines années (2019-2021) un ambitieux programme d’investissement de 10 MMDH. Le groupe a en effet signé la sixième convention d’investissement avec le gouvernement pour le développement des infrastructures télécoms. Concrètement, ce programme vise le renforcement des infrastructures et réseaux, le déploiement du haut et très haut débit mobile et fixe ainsi que la création d’emplois par milliers.

L’objectif est de répondre à la croissance effrénée du trafic et déployer de nouvelles technologies pour l’accès au très haut débit. Cela va à l’encontre de certaines analyses qui affichent leur réticence quant à l’évolution du groupe en relevant l’absence de visibilité sur la croissance à long terme «vu la complexité du secteur». Pour eux, les opérateurs télécoms qui ont grandi grâce aux services voix et données traditionnels se rendent compte que les modèles de consommation évoluent rapidement et que la valeur passe non seulement à d’autres étapes de la chaîne de valeur des télécommunications, mais aussi à des marchés complètement différents. Ils trouvent également que l’ouverture à l’international présente plusieurs défis tant dont notamment le risque pays, le risque de change, la réglementation, la gestion des flux… Or, malgré la pression concurrentielle et réglementaire, les activités du Groupe à l’international continuent de faire preuve d’une bonne résilience, et enregistrent un chiffre d’affaires de 11,99 MMDH sur les neuf premiers mois de l’année, en léger repli de 0,7% à base comparable. Cette évolution est le résultat de l’impact de la baisse des terminaisons d’appel Mobile notamment au Mali et en Côte d’Ivoire, ainsi que la baisse des revenus entrant international sous l’effet des OTTs (offre de service par contournement).

Ces derniers fournissent les mêmes services que les opérateurs classiques (le transfert des flux vidéo, audio ou de données sur Internet) en apportant beaucoup d’innovations et sans l’intervention nécessaire d’un opérateur. En d’autres termes, sans payer la contrepartie des investissements nécessaires pour garantir la qualité de service attendue par les utilisateurs finals et exigée par les régulateurs et les États. Hors baisse des tarifs de terminaisons d’appel, le chiffre d’affaires est en hausse de 0,9% à base comparable, tiré par la progression de la Data et des services Mobile Money. En Bourse, le titre considéré comme un placement de premier choix sur le marché, continue d’attirer les investisseurs. L’action, qui s’échange actuellement à 143,50 DH, affiche actuellement une performance annuelle de 1,41%.


Myriam Chaabouni
Analyste chez Alpha Mena

Les chiffres dévoilés par Maroc Telecom, au terme des neufs mois de 2019, témoignent de la bonne résistance des marges du groupe, profitant d’une croissance soutenue des activités au Maroc. En dépit de la forte concurrence et de la hausse de 0,6% du CA à 27,308 MMDH, l’EBIT a progressé de 6,1% à 8,989 MMDH au 30/09/2019, avec une marge d’EBIT de 32,9%, en amélioration de 170 pb. Cette croissance s’appuie sur une meilleure maîtrise des coûts opérationnels et bénéficie de  l’impact favorable de la baisse des tarifs des terminaisons d’appel Mobile dans les filiales. En dépit du durcissement de l’environnement fiscal et réglementaire au Maroc et à l’International, le RNPG a enregistré une hausse de 0,6% à 4,647 MMDH, soutenue par la bonne performance des activités au Maroc. Hors charges de restructuration constatées en 2018, l’EBIT et le RNPG auraient augmenté de respectivement 6,2% et 0,8%. Nous saluons les efforts continus d’IAM en termes de rationalisation des charges et d’amélioration de la rentabilité, permettant ainsi de compenser la pression fiscale croissante dans certains pays du groupe. Sur la cote, le titre Maroc Telecom continue son ascension boursière avec une performance YTD positive de 6,63%, surperformant nettement le principal indice (+1,62%). Par ailleurs, Maroc Telecom préserve un leadership solide sur l’Internet Mobile mais également sur le marché de l’ADSL. Une position qui favorise la génération des profits et qui se traduit par un ROCE très attractif en dépit d’importants investissements: en 2018, IAM affichait un ROCE de 22,1%, nettement supérieur à la moyenne du secteur (14,1%). Pour les prochaines années, nous pensons que l’activité au Maroc devrait encore profiter du fort engouement pour la Data Fixe et Mobile. Malgré le ralentissement du rythme de croissance à l’international, les filiales africaines continueraient également à soutenir l’activité du groupe. IAM renoue avec la croissance après avoir connu un cycle défavorable sur la période 2011-2017. Nous retenons notre opinion positive sur le titre, «Accumuler», avec un potentiel à la hausse autour de 7%.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages