A lire aussi

16-01-2020 14:28

Première apparition du prince Harry après sa mise en retrait

Résultat de recherche d'images pour "harry and meghan"
Une semaine après l'annonce de sa mise en retrait de la monarchie britannique avec sa femme Meghan,…
Rejoignez nous sur :
Monde

Résultat de recherche d'images pour "brexit leseco"

 

Le premier ministre britannique Boris Johnson est arrivé jeudi au palais de Buckingham pour rencontrer la reine Elizabeth II qui doit le charger officiellement de former un nouveau gouvernement après sa victoire écrasante aux législatives.

La voiture de Boris Johnson est arrivée vers 10h55 à la résidence de la monarque de 93 ans, quelques heures après que les conservateurs eurent remporté une majorité d'une ampleur sans précédent depuis Margaret Thatcher.

Au 31 janvier 2020, dans les faits, rien ne changera réellement, une période transitoire s'ouvrant à cette date (au moins) jusqu'au 31 décembre 2020. Pendant ce laps de temps, toutes les règles européennes continueront de s'appliquer au Royaume-Uni. La crainte d'un «no deal» (scénario espéré par les «hard brexiter») était celle d'une rupture brutale, qui aurait, entre autres choses, remis de façon abrupte des barrières douanières et les tarifs de l'OMC en vigueur entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Il faudra donc que Boris Johnson et les 27 Etats membres de l'UE se mettent d'accord sur un nouveau «deal», sous la forme cette fois d'un «accord commercial». Thierry Breton s'attend à ce que le Conseil européen, qui se réunit ce vendredi à Bruxelles, accorde un nouveau mandat de négociateur au Français Michel Barnier, qui a déjà négocié avec Londres l'accord sur le Brexit. «C'est lui qui va être notre négociateur», a assuré le commissaire.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages