A lire aussi

18-09-2019 13:16

Fiat 500X. La même en nettement mieux

Moins de cinq ans après son lancement, la Fiat 500X a droit à l’incontournable cure de jouvence.…
Rejoignez nous sur :
Monde

 

Donald Trump s'est dit jeudi «très inquiet» au sujet des risques de répression violente de la contestation à Hongkong par la Chine, assurant qu'il en parlerait «bientôt» avec le président chinois Xi Jinping.

«Je voudrais vraiment voir la Chine résoudre humainement le problème à Hongkong», a dit le président des Etats-Unis à des journalistes. «J'ai vraiment pleine confiance dans le président Xi, je sais que s'il décidait de s'asseoir avec des représentants» des manifestants pro-démocratie dans la région semi-autonome, «il pourrait résoudre le problème rapidement», a-t-il ajouté.

Depuis une dizaine de jours, la Chine laisse entendre qu’elle pourrait intervenir pour rétablir l’ordre sur le territoire semi-autonome. Un tel scénario est-il envisageable? S’agit-il d’une avant-garde ou d’une nouvelle opération d’intimidation? Près d’un millier de soldats de la Police armée du peuple s’entraînaient jeudi dans un stade de Shenzhen, à sept kilomètres à peine de la frontière de Hongkong.

Une centaine de véhicules militaires, dont des blindés servant au transport de troupes, étaient parqués à l’intérieur et à l’extérieur de l’enceinte sportive, d’où fusaient des ordres et des coups de sifflet. Officiellement, ce détachement préparerait les grandes cérémonies du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire, prévues pour se dérouler le 1er octobre prochain… à Pékin, à plus de 2000 km de là. Mais leur déploiement à Shenzhen est bien évidemment jugé menaçant par les Hongkongais et par de nombreuses chancelleries occidentales.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages