A lire aussi

18-09-2019 09:55

Quel gouvernement pour le PLF 2020?

Image par défaut
Dans un mois, le gouvernement devra soumettre son projet de loi de Finances 2020 aux débats…
Rejoignez nous sur :

 

Les examens de la session de rattrapage pour les étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire se dérouleront du 04 au 30 septembre prochain, a annoncé dimanche le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Dans un communiqué, le ministère indique que ces examens auront lieu selon le calendrier établi et affiché par les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire, appelant les étudiants à rejoindre leur établissement pour passer cette session.

Selon la même source, les facultés concernées ont pris toutes les dispositions nécessaires afin que ces examens puissent se dérouler dans des meilleures conditions. 

 

L'École Mohammadia d'ingénieurs (EMI) a célebré, mardi à Rabat, la remise des diplômes aux 389 lauréats de sa 56-ème promotion au titre de l'année 2018-2019.
Le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi, qui présidait cette cérémonie, s'est félicité du taux de réussite de 99% enregistré par cette promotion, affirmant que ce chiffre est réalisé grâce au système strict de formation et à la vie universitaire adoptée par l'EMI.
Le ministère fournit des efforts considérables pour soutenir le système de formation de l'EMI qui ouvre notamment la porte aux étudiants étrangers, dont 8 lauréats ont décroché leurs diplômes au titre de cette année, dans le cadre du maintien des relations durables avec les pays africains, a-t-il relevé.
Pour sa part, le directeur de l’EMI, Moulay Larbi Abidi, a dressé le bilan des réalisations de l’EMI en matière de promotion de la qualité du programme de cette formation destinée aux ingénieurs.
L'EMI réserve une grande importance à la recherche scientifique, a précisé M. Abidi, notant que les recherches et les publications doctorales ont dépassé les 200 cette année et que le nombre des thèses soutenues ainsi que celui des étudiants inscrits en doctorat ont enregistré une augmentation considérable.
L’école a également obtenu plusieurs prix aux niveaux national et international et a conclu plusieurs accords en matière de mobilité internationale des étudiants de l'EMI et de double diplomation avec les meilleures écoles et universités à l’échelle internationale, s'est-il réjoui.
L’EMI a également organisé de nombreuses conférences scientifiques, ateliers de formation et rencontres scientifiques et a signé plus de 60 partenariats avec des établissements publics et privés, dont un avec l'Administration de la Défense nationale, a-t-il noté.
De son côté, Abed Chagar, le président de l’Association des Ingénieurs de l’École Mohammadia (AIEM), a mis en exergue le rôle de son association, considérée comme le plus grand groupement des lauréats au Maroc, à proposer des programmes d’accompagnement avec des outils différents pour faciliter aux nouveaux lauréats leur intégration dans le marché du travail.
Créée par Feu SM Mohamed V en 1959, l'EMI propose diverses filières de formation englobant différents domaines, notamment le génie civil, le génie électrique, le génie industriel et le génie informatique et a formé plusieurs lauréats ayant contribué de façon déterminante au développement de l’économie marocaine dans toutes ses composantes. 

 

La Chambre des représentants a adopté, lundi soir à la majorité, le Projet de loi-cadre n°51.17 relative au système de l'éducation, de l'enseignement, de la formation et de la recherche scientifique.
Ce texte a obtenu 241 voix favorables, alors que quatre membres de la chambre ont voté contre et 21 se sont abstenus.
Lors de cette séance plénière, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a qualifié "d’extrêmement important" ce texte, en sens qu'il constitue la première loi-cadre dans l'histoire de la législation marocaine dans le domaine de l'éducation et la recherche scientifique. "La loi-cadre permettra au notre pays de se doter d'un texte référence contraignant pour tous, garantira la durabilité de la réforme du système éducation-formation ainsi que les conditions d'un nouvel essor de l'école marocaine", a-t-il souligné.
Amzazi a également considéré la loi-cadre n°51.17 comme "une feuille de route" bien définie en matière de mise en oeuvre des réformes avec des objectifs clairs, des mécanismes précis et des délais fixés.
Cette loi-cadre vise à rénover le système de l'éducation, de l'enseignement, de la formation et de la recherche scientifique afin de garantir l’équité, l’égalité des chances, la qualité et la promotion de l’individu et du progrès de la société et sa durabilité, ainsi qu'à mettre en œuvre un cadre contractuel national pour l’État et pour les autres acteurs et partenaires impliqués dans ce domaine.
Elle comporte entre autres l’article l'enseignement de certaines matières, notamment scientifiques, en langues étrangères, principalement le français, qui avait suscité de vives controverses.  
Le texte repose sur un ensemble de leviers, notamment la généralisation d'un enseignement intégré pour tous les enfants sans discrimination, un enseignement primaire obligatoire pour l’État et les familles, une discrimination positive pour les enfants dans les milieux ruraux et périurbains, ainsi que dans les zones vulnérables et le droit d'accès à l'éducation et à la formation aux enfants en situation de handicap ou à besoins spécifiques, en plus de la lutte contre l’abandon scolaire et l'éradication de l'analphabétisme.
Il s'agit également d'assurer une éducation de qualité pour tous en renouvelant les programmes d’enseignement, de formation et de gestion et de réorganiser et de restructurer le système de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique.
Le projet souligne que la réforme de l'enseignement est une priorité nationale urgente et une responsabilité commune de l'État, de la famille, de la société civile, des acteurs économiques et sociaux et d'autres acteurs des domaines de la culture, de l'information et de la communication, affirmant que l'État garantit la gratuité de l'enseignement obligatoire, y compris l'enseignement primaire pour les enfants de 4 à 6 ans. 

L'Université Cadi Ayyad de Marrakech a conclu un accord de coopération académique mercredi à Dublin avec l’Université irlandaise "Dublin City University" (DCU).

La cérémonie de signature de cet accord, qui s'est déroulée en présence de l'Ambassadeur du Maroc en Irlande, Lahcen Mahraoui, a eu lieu dans le cadre d'une visite d’une importante délégation de l’Université Cadi Ayyad à Dublin, indique un communiqué de l'Ambassade du Maroc en Irlande.

Cet accord de coopération représente un cadre approprié pour faciliter la collaboration entre les deux universités, à travers la mise en place de programmes conjoints en matière d’éducation, de recherche scientifique et d’échange d’étudiants, d'enseignants et de chercheurs, précise la même source.

Par ailleurs, les membres de la délégation marocaine ont eu des discussions avec le président de Dublin City University, Brian MacCraith, et avec des professeurs et des chercheurs de la même université, souligne le communiqué, notant que ces échanges ont permis d'identifier plusieurs axes de collaboration dans des disciplines, telles que l’enseignement à distance, la recherche et l’innovation, les sciences des matériaux, la gestion de l'eau et des énergies, l’informatique et l’analyse des données, les langues et les études interculturelles, ainsi que la paix et la résolution des Conflits.

Dublin City University fait partie des cinq meilleures institutions universitaires irlandaises et est classée parmi les 500 meilleures universités dans le monde. Considérée comme une jeune université (moins de 50 ans), DCU est connue pour l’excellence de ses programmes d’éducation et de recherche, notamment dans les domaines des sciences et des sciences humaines et sociales.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages