A lire aussi

09-12-2019 21:00

Le ministère des droits de l'Homme fait le point sur l'inscription des détenus aux programmes scolaires

Selon les chiffres présentés ce lundi à Rabat par le ministre chargé des droits de l'Homme,…
Rejoignez nous sur :

L’espace restauration du Centre d’insertion et d’aide par le travail (CIAT) ouvrira bientôt ses portes au grand public. Au menu, des plats préparés intégralement par des personnes à besoins mentaux spécifiques et dont les prix varieront entre 10 et 140 DH.

Le directeur du centre, Khalid Belhassan, a indiqué qu’il «ambitionne de faire du restaurant et des produits une ressource pour le centre qui réalisera des revenus respectables», ajoutant que pour l’instant «le projet est financé par la Fondation Mohammed V pour la solidarité et ses partenaires».

Outre la restauration, le centre situé près de Dar As-Sikkah, compte parmi ses productions commercialisées la boulangerie, la pâtisserie, l’agriculture, la chocolaterie et l’horticulture. Ces activités sont exercées par 41 personnes handicapées mentales qui ont été intégrées après avoir été formées au Centre national Mohammed VI pour les handicapés et avoir reçu un diplôme reconnu par l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

Les employés âgés entre 20 et 35 ans perçoivent un salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 2.400 DH, bénéficient d’une couverture sociale et d’une retraite à l’âge de 45 ans, indique Belhassan.

Au CIAT, les employés sont supervisés par 4 éducateurs spécialisés et accompagnés par un encadrant technicien dans chaque unité de production.
 
 

Un premier restaurant vient d’ouvrir à Rabat et selon les prévisions 14 autres devraient suivre dans les cinq prochaines années.

«Un monopole au Maroc, c'est dangereux, d'ailleurs même le duopole n'est pas meilleur, le parfait serait un équilibre établi à trois qui permettra de s'entre-stimuler et offrir le meilleur au consommateur marocain». C'est l'avis qu’exprime le directeur général de Quick Maroc, Jamal Hamdouch, à l’occasion de la conférence de presse tenue hier matin à Rabat, la veille de l’ouverture du nouveau restaurant de la chaîne qui fait son retour au royaume. La gestion de l’établissement est confiée au groupe Ténor qui opère dans le secteur des services, notamment la gestion de relations clients et l'e-commerce dont le chiffre d'affaire est de 2,2 MMDH. Selon Farid Bensaid, président du groupe Ténor, l'entreprise a opté pour Quick en vue de développer sa stratégie Business to Consumer (B to C) avec un début via la distribution des produits de l'opérateur téléphonique Inwi. Situé sur l'avenue Fal Ould Oumeir, le restaurant est d'une superficie de 400 m2 dont une aire de jeux pour enfant (3-10ans) et une terrasse de 70 places assises. Il s’agit du premier restaurant à ouvrir dans la capitale et selon les prévisions 14 autres devraient suivre dans les cinq prochaines années. D'ailleurs Bensaid a indiqué que les villes de Casablanca et Marrakech seront les premières à recevoir prochainement le spécialiste du fast-food en fin Ramadan.

Formation et emploi
Aujourd'hui, Quick Maroc a formé 100 personnes dont 62 ont été recrutées alors que 50% de l’effectif provient de l'Anapec», a souligné Hamdouch. De même, 80% de ces formations se font au Maroc en plus des diplômes qui seront décernés par les établissements partenaires en France et en Belgique et cela en attendant la création d'un centre de formation propre à l'enseigne au royaume. Selon les managers de l’établissement, la priorité est «d'assurer la sécurité sanitaire» des consommateurs avec des équipements automatisés qui permettent de suivre le processus de cuisson. Selon Hamdouch, la recette qui fait la particularité de Quick, ce sont les menus avec moins de teneur en sucre et en sel, faisant part ainsi de la tendance «healthy» qui est en vogue à travers le monde. L'installation de Quick Maroc a nécessité un investissement total de 350MDH, à l'issue duquel 2.000 emplois seront créés dans les 5 prochaines années. 

#CIMRMenDaba, la nouvelle stratégie digitale de la caisse interprofessionnelle marocaine de retraite, CIMR, vise à approcher les jeunes et leur expliquer que la retraite, comme tout projet sur le long terme, se prépare "Mendaba" (Dès maintenant).

Sous-catégories

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO