Imprimer
Affichages : 611

«The Dead Don’t Die», le nouveau fi lm de Jim Jarmusch sera présenté à Cannes en ouverture, en compétition et en première mondiale. Le festival se tiendra du 14 au 25 mai.

C’est avec la projection en compétition du nouveau long métrage de Jim Jarmusch, The Dead Don’t Die, que s’ouvrira le 72e Festival international du film. Mardi 14 mai, sur l’écran du Grand Théâtre Lumière, le fi lm du réalisateur et scénariste américain sera le premier à se lancer à la conquête de la Palme d’or. Dans la sereine petite ville de Centerville, quelque chose cloche. La lune est omniprésente dans le ciel, la lumière du jour se manifeste à des horaires imprévisibles et les animaux commencent à avoir des comportements inhabituels. Personne ne sait vraiment pourquoi. Les nouvelles sont effrayantes et les scientifiques sont inquiets. Mais personne ne pouvait prévoir l’événement le plus étrange et dangereux qui allait s’abattre sur Centerville: THE DEAD DON’T DIE – les morts sortent de leurs tombes et s’attaquent sauvagement aux vivants pour s’en nourrir.

La bataille pour la survie commence pour les habitants de la ville. La nouvelle incursion du cinéaste indépendant dans le film de genre (après Dead Man et le western, Ghost Dog et le fi lm de samouraïs, Only Lovers Left Alive et le film de vampires) promet avec «un casting à réveiller les morts». Bill Murray, Adam Driver, Tilda Swinton, Chloë Sevigny, Steve Buscemi, Danny Glover, Caleb Landry Jones, Rosie Perez, Iggy Pop, Selena Gomez, RZA, Sara Driver, Austin Butler, Luka Sabbat, Eszter Balint, Carol Kane et Tom Waits. The Dead Don’t Die réunit également un grand nombre des collaborateurs habituels de Jarmusch, dont le directeur de la photographie Frederick Elmes (Night on Earth, Paterson, Broken Flowers) et le monteur Affonso Gonçalves (Only Lovers Left Alive, Paterson). The Dead Don’t Die, treizième long métrage de Jim Jarmusch, n’est pas seulement une comédie et une subversion du genre parfois effrayante (avec un clin d’oeil au film phare de George Romero, La Nuit des Morts-Vivants) mais aussi un hommage au 7e art. Depuis Stranger than Paradise, Caméra d’or au Festival de Cannes en 1984, qui fit date dans l’histoire du nouveau cinéma indépendant américain, Jim Jarmusch nous a habitués à ses univers créatifs et mélancoliques, à ses B.O. inspirées, à son humour décalé et aux errances de ses anti-héros dans un monde toujours légèrement étrange. À Cannes, son cinéma rock et élégant souvent à l’étude d’une Amérique différente a été salué par quatre prix dont la Palme d’or du court métrage en 1993 pour Coffee and Cigarettes et le Grand Prix en 2005 pour Broken Flowers. En 2016, Jim Jarmusch avait présenté deux films en Sélection officielle: Paterson avec Golshifteh Farahani et Adam Driver, en compétition, et Gimme Danger, le documentaire musical sur Iggy & The Stooges en Séance de minuit. Le film sortira en France le même jour que sa présentation à Cannes, le 14 mai en soirée, le 14 juin aux États-Unis puis dans le monde entier.