A lire aussi

16-07-2019 12:22

Atlanta Assurances et Bosch lancent la 1ère assurance affinitaire au Maroc

Une première au Maroc: En partenariat avec Bosch Maroc, leader mondial de l’électroménager,…
Rejoignez nous sur :
Culture

La Fondation Attijariwafa Bank a, organisé la semaine dernière, une nouvelle rencontre régionale dans le cadre de son cycle de conférences «Échanger pour mieux comprendre» sous le thème : «Avicenne, islam et modernité». L'occasion de débattre sur l'héritage du philosophe arabe.

En présence de plusieurs personnalités du monde universitaire et économique, et de nombreux étudiants et jeunes chercheurs, la 46e édition du cycle de conférences signé la Fondation Attijariwafa Bank, a permis de renouer avec l’œuvre prolifique d’Avicenne, d’expliquer sa modernité et de réhabiliter l’héritage légué par ce philosophe et médecin du 11e siècle dont la pensée est d’une grande actualité.

Dans un mot de bienvenue, Mohamed El Kettani, président-directeur général du groupe Attijariwafa Bank a expliqué : «À une période où l’humanité est en manque de repères, redécouvrir la philosophie et l’héritage légué par Avicenne ne peut être que salutaire. L’œuvre d’Avicenne nous incite à réfléchir aux conditions nécessaires pour la construction d’une société juste et éclairée ; d’une société où l’humain est placé au cœur de toutes les préoccupations et où les valeurs morales s’imposent à tous pour garantir un vivre-ensemble serein et apaisé».

Pour sa part, Azzedine El Midaoui, président de l’Université d’Ibn Tofaïl a insisté sur la nécessité de réhabiliter l’œuvre d’Avicenne et sur le rôle de l’Université dans la formation des futures générations : «Nous avons accueilli à bras ouverts cette initiative fort louable de la Fondation Attijariwafa Bank. Au sein de notre institution universitaire, s’ouvrir est non seulement une nécessité, mais également une richesse. Notre priorité est nos étudiants. Nous nous devons de les former dans un monde en mutation constante». Le panel de discussion qui a suivi ces deux mots d’introduction a réuni quatre professeurs universitaires ayant travaillé sur l’œuvre d’Avicenne : Sanae Ghouati, professeure à l’Université Ibn Tofaïl ; Mohamed Naïm et Hassan Sahli, professeurs de philosophie à l’Université Chouaib Doukkali d’El Jadida et Ahmed Alami, chercheur et professeur de philosophie à l’Université Ibn Tofaïl de Kénitra.

Au fil de cet échange passionnant, modéré par Abdelhak Najib, journaliste et écrivain, les intervenants ont rappelé la richesse du parcours d’Avicenne et les événements marquants de sa vie, qui l’ont conduit à devenir l’un des plus grands noms de la philosophie universelle. Ils ont rappelé l’importance de son apport dans différentes disciplines qui a constitué le socle de la pensée arabe, influencé la pensée occidentale et conduit à des innovations majeures notamment scientifiques et environnementales.

Aussi, les panélistes ont insisté sur la nécessité de réhabiliter cette œuvre multidimensionnelle et visionnaire, de la comprendre et surtout, de se la réapproprier. Tous ont démontré l’extrême modernité des préoccupations et des solutions prônées par le philosophe au 11e siècle qui concernent encore les sociétés arabes modernes. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages