A lire aussi

22-05-2019 10:46

Officialisation de l’amazigh. Qui est responsable du retard ?

Le gouvernement vient d’être interpellé pour la énième fois par les parlementaires sur le retard…
Rejoignez nous sur :
Culture

Plus de cinquante professionnelles du cinéma, techniciennes, réalisatrices, productrices, auteures, critiques, se sont regroupées sur le tapis rouge des marches du Palais des Congrès de Marrakech à l’appel de cinq grandes dames, figures nationales du cinéma marocain et créatrices de la jeune Fondation Tamayouz.

Dounia Benjelloun-Mezian, Farida Benlyazid, Simone Bitton, Lamia Chraibi et Narjiss Nejjar sont en effet à l’origine d’une mobilisation originale autour d’un projet qui a pour objectif de permettre à de jeunes Marocaines un meilleur accès aux métiers du cinéma, en particulier aux postes de production et de réalisation.

Dans un contexte international propice à la mobilisation des femmes au cinéma, la Fondation Tamayouz symbolise sereinement les avancées sociétales au Maroc.

C’est à l’occasion du dernier Festival international du film de Tanger que la Fondation Tamayouz est née. Le jury du festival, où siégeaient notamment la productrice Dounia Benjelloun-Mezian ainsi que la réalisatrice-documentariste Simone Bitton, avait alors décerné le prestigieux prix de meilleure production à Lamia Chraibi pour ses deux œuvres «Apatride» et «Jahiliya».

Conscientes des enjeux et des défis propres aux métiers du cinéma, et se rendant compte de la pénurie d’acteurs dans le domaine de la production marocaine, ces trois professionnelles engagées ont décidé de créer une association qui faciliterait l’insertion des femmes dans le milieu cinématographique national.

«Notre fondation a pour ambition d’offrir à de jeunes talents féminins le tremplin nécessaire afin d'atteindre un niveau d'expertise pointu et une visibilité accrue sur la scène nationale et internationale», déclare Dounia Benjelloun-Mezian. «Nous souhaitons que l'impact de Tamayouz se mesure rapidement par une participation féconde de créatrices et de productrices marocaines, dans l'espace audiovisuel de notre pays autant que dans les festivals internationaux, afin que les récits contemporains de notre région puissent rencontrer le public mondial».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages