A lire aussi

20-05-2019 15:34

Polémique du halal. Oreo rassure les consommateurs marocains

Suite à une polémique déclenchée sur twitter la semaine dernière, un tweet posté samedi 11 mai sur…
Rejoignez nous sur :
Culture

Le reggae de Jamaïque, l'art du parfum à Grasse, dans le sud-est de la France, ou les poterie des femmes de Sejnane (Tunisie) : ces traditions ancrées briguent la semaine prochaine une place sur la prestigieuse Liste représentative du patrimoine culturel de l'Humanité.

Le comité ad hoc de l'Unesco se réunit du 26 novembre au 1er décembre à Port-Louis, pour se prononcer sur sept demandes d’inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ainsi que sur 40 demandes d’inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, qui recense les éléments du patrimoine vivant dont la pérennité est menacée, compte à ce jour 52 éléments inscrits. Elle permet aux États parties à la convention de mobiliser la coopération et l’assistance internationales nécessaires pour renforcer la transmission de ces pratiques culturelles en accord avec les communautés concernées, précise l’Unesco dans un communiqué.

La réunion qui sera ouverte en présence de la Directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, devra aborder plusieurs sujets notamment le patrimoine culturel immatériel dans les situations d’urgence, le suivi des éléments déjà inscrits sur les listes du patrimoine immatériel, ou l’utilisation des ressources du Fonds du patrimoine culturel immatériel, selon la même source.

Durant cette session, deux projets seront proposés pour intégration au registre de bonnes pratiques de sauvegarde, qui regroupe les projets, programmes et activités reflétant les objectifs de la Convention de 2003, et qui compte à ce jour 19 projets.

Le Comité, composé des représentants de 24 États parties à la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), se réunit une fois par an. Il assure le suivi de la mise en œuvre de cet instrument juridique ratifié par 178 États.

La convention promeut la sauvegarde des traditions ou des expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages