A lire aussi

14-08-2018 17:11

Le Paraguay exprime son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc

"Une décision définitive et constante" Le nouveau ministre paraguayen des Affaires étrangères, Luis…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO

Le Secrétariat d’État chargé du Développement durable (SEDD) a organisé un exercice de simulation de la lutte contre la pollution marine accidentelle par les hydrocarbures, fin juin dernier à Agadir. Les détails d’une action préventive et stratégique.

Dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions du Plan d'urgence national (PUN) relatif à la préparation et à la lutte contre la pollution marine accidentelle, le Secrétariat d’État chargé du Développement durable (SEDD) a organisé un exercice de simulation de la lutte contre la pollution marine accidentelle par les hydrocarbures, fin juin dernier à Agadir. Dénommée «SIMULEX 2018», l’opération supervisée par le SEDD, en sa qualité de coordonnateur national, a eu lieu en collaboration avec les différents départements civils, militaires et paramilitaires concernés. Ces divers partenaires ont notamment travaillé sur un scénario simulant l'explosion d’une citerne à bord d’un pétrolier, provoquant un déversement de fuel lourd de 6.000 tonnes. Les actions alors programmées et exécutées ont concerné les aspects relevant de l'assistance à un navire en difficulté (ANED) ainsi que ceux relatifs à la lutte en mer et à terre contre une pollution par les hydrocarbures (POLMAR mer/terre). Le déversement d’hydrocarbures a été simulé par de la tourbe (matière organique biodégradable inoffensive), tandis que les dispersants (produits chimiques utilisés pour le traitement de la pollution au large), l’ont été par de l’eau douce. Cet exercice, de grande envergure, a mobilisé d’importants moyens maritimes, terrestres et aériens. 

À ce titre, la conduite des opérations de lutte en mer a été placée sous la direction de la Marine royale avec le soutien des moyens des Forces royales air et de la Gendarmerie royale. Parallèlement, la conduite des opérations de lutte à terre a été mise sous la direction de la Protection civile avec l’appui des départements concernés. Les interventions au niveau du port d’Agadir ont, elles, été assurées par l’Agence nationale des ports (ANP). À signaler que plusieurs autres intervenants ont également pris part à Simulex 2018.

Parmi eux, on peut notamment citer les représentants du Secrétariat d’État chargé de la Pêche maritime (Direction des pêches maritimes et Institut national de la recherche halieutique), le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau (Direction de la marine marchande et Direction des ports et du domaine public maritime), la Direction de la météorologie nationale, le ministère de l’Économie et des finances, le ministère de la Justice et le département de l’Énergie, des mines et du développement durable. Cet exercice a aussi connu la participation de représentants des pays membres de l'initiative «5+5 défense», dont la France, l'Espagne, le Portugal, Malte, l’Italie, l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie et la Libye en tant qu’observateurs. Le suivi et le contrôle de l’exercice ont été assurés par un poste de commandement national au siège du Secrétariat d’État chargé du Développement durable à Rabat, animé par le coordonnateur national et un poste de commandement local placé sous l’autorité du wali de la région Sous-Massa.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages