A lire aussi

19-02-2018 10:49

Les pistes de la réforme

La réforme de la haute fonction est imminente. Une commission est en train de finaliser les…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO

Le président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et son équipe ont fait des premières rencontres de la Maison méditerranéenne du climat une rampe de lancement de plusieurs initiatives visant à faire de la capitale du Détroit le poumon de la lutte contre le changement climatique dans l’espace méditerranéen.

La semaine dernière, la ville de Tanger a abrité les premières rencontres de la Maison méditerranéenne du climat. L’événement placé sous le haut patronage de sa majesté le roi Mohammed VI a connu la participation d’une soixantaine d’experts, des hauts responsables et des présidents de régions du pourtour méditerranéen venus débattre de plusieurs thématiques relatives au financement, à l’emploi des jeunes, à la migration climatique et au renforcement des capacités en vue de faire face aux problématiques du changement climatique dans la région méditerranéenne. Pour relever ces différents défis, Ilyas El Omari, le président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et son équipe ont saisi cette occasion pour en faire une rampe de lancement de plusieurs initiatives visant à faire de la capitale du Détroit le poumon de la lutte contre le changement climatique dans l’espace méditerranéen. Pour commencer, le clou de l’événement a porté sur l’annonce du démarrage des activités de la Maison méditerranéenne du climat (MMC), laquelle se veut un hub climat à l’échelle de la Méditerranée et de l’Afrique, notamment un centre de ressources, de renforcement de capacités, d’incubation et d’accompagnement de projets au service de ceux qui agissent au quotidien contre les changements climatiques.

Pour ce faire, la MMC accueille le secrétariat permanent de la Med Cop Climat, ce qui en fera ainsi le lieu de capitalisation et de ressources pour les différentes régions organisatrices. Pour entrer dans le vif du sujet, elle a sélectionné ses premiers projets innovants qu’elle entend accompagner financièrement dès janvier 2018. Le montant global qui sera mobilisé à cette fin n’a pas été communiqué. Par contre, les 7 innovations retenues ont été rendues publiques (Voir encadré ci-dessous). Parallèlement à cette initiative, elle travaillera sur trois mémorandums d’entente signés entre le Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et plusieurs partenaires. Le premier accord signé avec le Centre de compétences en changement climatique (4C Maroc) vise à appuyer la préparation et l’implémentation des plans nationaux d’adaptation et des stratégies bas carbones et à renforcer le cadre de transparence et l’accès aux fonds climat «GCF» par les territoires du bassin méditerranéen. Le deuxième mémorandum d’entente conclu avec l’Alliance mondiale des savoir-faire ancestraux pour le climat (AMSEC) porte sur l’accompagnement des coopératives détentrices des savoirs traditionnels dans une gestion économique et durable de leur activité, l’appui à la mise en place d’un programme de renforcement des capacités des populations locales et à la dynamisation de l’action climatique à travers la création de projets offrant des solutions bas carbone en intégrant une importante dimension sociale. Le troisième et dernier accords a été signé par le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma avec la société Aaqius, la Commune urbaine de Tanger, l’Université Abdelmalek Essaâdi et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN). Il ambitionne de réaliser une étude de faisabilité technico-économique pour le déploiement sur le marché de la mobilité de l’écosystème STOR-H dans la région du Nord, en vue de démontrer les bénéfices et les avantages fournis par cette technologie en termes de mobilité, de sécurité et de coût. 


Les 7 innovations retenues  

• Production d’énergies par la valorisation de déchets organiques ;
• Développement d’une gamme de véhicules 2, 3 et 4 roues en utilisant les cartouches STOR-H de stockage de l’hydrogène;
• Plantation de moringas dotées de vertus médicinales et nutritionnelles pour préserver de la désertification ;
• Hydrorétenteur 100% biosourcé qui permet d’importantes économies d’eau et d’engrais ;
• Étude d’impact des changements climatiques sur les ressources en eau à travers le diagnostic de plusieurs ratios ;
• Construction de bâtiments bas carbone avec la technique MPC ;
• Valorisation des déchets organiques dans les hôtels et les restaurants par l’installation de bioréacteurs à biogaz ; 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages