A lire aussi

14-11-2019 12:14

Desert to Power. Masen à la tête du Comité de pilotage

Bakkoury et son équipe sont désormais chargés de superviser l’action de la task force d’experts qui…
Rejoignez nous sur :

Les assemblées générales des associations de football au Maroc sont de moins en moins transparentes. Pourquoi cette opacité à l’ère du digital ?

Il y a trois ans, le Raja Club Athletic avait publié ses comptes et son bilan, sur son site officiel, une semaine avant la tenue de son assemblée générale. Une façon de laisser du temps aux adhérents de préparer leurs interventions et questions et de permettre aux fans du club et aussi aux médias d’avoir une idée sur la santé financière du club. Aujourd’hui, cette expérience n’est qu’un lointain souvenir.

Le FUS ouvre le bal
Le club réputé être le mieux géré et organisé, le FUS de Rabat a été curieusement le premier à exclure la présence des médias à ses assemblées générales et à restreindre la diffusion de ses états financiers ! Une situation qui empêche les observateurs de scruter les zones d’excellence qui ont fait du FUS un modèle plébiscité par la presse mais aussi de critiquer les éventuels dysfonctionnements. Pourtant, c’est cette même presse qui est aujourd’hui bannie par le club. Aucune justification n’a été formulée par les dirigeants du club depuis 2016, date de cette décision pour le moins inopportune et ce qui devait arriver arriva. L’effet de contagion atteint le microcosme du football. Raja, Wydad de Casablanca, Renaissance sportive de Berkane (RSB) et même la Fédération royale marocaine de Football (FRMF) censés être la locomotive en matière de transparence et de gouvernance exercent, chacun à sa façon, un brouillage des pistes !

Effet de contagion
Commençons par le Raja puisque ce club a été pionnier en matière de transparence totale. De fait, à partir de 2016 il a publié sur son site son bilan financier sans aucune restriction. Aujourd’hui, et paradoxalement à la gestion que l’on veut moderne et appuyée sur une approche digitale, on amorce un retour en arrière. Intolérable. Le Wydad, depuis l’avènement de Saïd Naciri, fait de ses assemblées générales une occasion pour plébisciter le président sans questions de fond sur la gestion financière et surtout l’origine des fonds. Aucun débat ni chiffres ne sont débattus et le rapport détaillé non distribué. Et c’est justement là où la RSB a calé aussi. On se rappelle que lors de l’AG 2018, il y avait une ligne de don de 25 MDH que le président Fouzi Lekjaa n’en a pu justifier l’origine, faisant la sourde oreille aux questions des médias. Au lieu d’aller vers une meilleure transparence, le club a interdit de distribuer son bilan financier aux adhérents et à la presse dans sa dernière AG. Et de la même façon, la FRMF fait de ses états financiers un secret de polichinelle. Quelques chiffres sont exposés sur des tableaux PowerPoint avec une grosse impasse sur les chiffres qui nécessitent le débat.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages