A lire aussi

20-08-2019 22:31

Le discours royal à l'occasion du 66ème anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple

le Roi Mohammed VI a adressé, mardi, un discours à la Nation à l’occasion du 66-ème anniversaire…
Rejoignez nous sur :

L’inauguration officielle de la 14e édition du SIAM a été donnée, sur les sites de Jnane Ben Halima et Sahrij Souani, par le prince héritier Moulay El Hassan. Le salon accueille cette année la Suisse en tant que pays d’honneur. Le pavillon helvétique regroupe 13 entreprises.

Depuis son lancement en 2006, le Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) s’est progressivement imposé comme un rendez- vous incontournable pour la sphère agricole marocaine. Au fil des quatorze dernières années, Meknès est devenue la capitale nationale de l’agriculture. À l’instar de l’édition précédente, l’inauguration officielle de l’édition 2019 a été donnée, ce mardi, sur les sites de Jnane Ben Halima et Sahrij Souani par le prince héritier Moulay El Hassan. Au début de la cérémonie d’ouverture, le prince a procédé à la remise des signes distinctifs d’origine et de qualité à quatre agriculteurs-producteurs. Il a ainsi remis les signes distinctifs d’origine et de qualité au Groupement d’intérêt économique (GIE) «Oasis de Figuig», spécialisé dans la production de dattes, ainsi qu’à l’association agricole provinciale El Haouz, spécialisée dans la valorisation des noix. La coopérative agricole de Daït Aoua, implantée dans la province d’Ifrane, et Union vert, qui revêt la forme d’un groupement d’intérêt économique et écologique pour la valorisation des figues à Oulad Frej, ont également reçu ces signes distinctifs. À l’entrée du salon, le prince héritier a été salué par Bernard Lehman, directeur de l’Office fédéral suisse de l’agriculture, Gaston Cossi Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche du Bénin, en plus de Rumen Porodzanov, ministre de l’Agriculture, de l’alimentation et des forêts de Bulgarie et Henri Djombo, ministre d’État, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche du Congo-Brazzaville. Le prince héritier Moulay El Hassan a aussi été salué par d’autres ministres de l’Agriculture de Côte d’Ivoire, du Gabon, de Guinée-Conakry ou encore du Niger. Par la suite, Moulay El Hassan a visité les différents pôles du salon et suivi des explications sur les produits exposés aux différents pôles du SIAM. Il a aussi visité le pôle «Conférences» abritant le forum du Crédit agricole du Maroc en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes en milieu rural. Le SIAM a revêtu une dimension différente de celle des éditions précédentes.

Le SIAM s’internationalise de plus en plus
Cette 14e édition s’est davantage internationalisée avec la participation de 240 exposants issus de 61 pays. Un constat qui se refl ète aussi au niveau de l’importance de la participation africaine dont les pays représentent le tiers du nombre total d’exposants étrangers. Le pôle international a ainsi été agrandi de 20% afin de répondre à l’évolution constante du nombre de pays participants. Lors de cette édition 2019, le salon accueille 1.363 exposants. Le salon a été déployé sur une superficie de 185.000 m² dont 95.000 m² couverts, s’articulant autour de 10 pôles d’exposition. Après les Pays-Bas, c’est la Suisse qui été choisie comme invitée d’honneur. C’est la première fois que le SIAM mettra en avant la Suisse, pays accordant une haute importance au maintien de ses ressources naturelles. S’étendant sur plus de 450 m², le pavillon suisse regroupe 13 entreprises présentant leurs offres et services. La délégation est conduite sur place par le secrétaire d’État Bernard Lehman, directeur de l’Office fédéral de l’agriculture. Parmi les entreprises suisses présentes sur place, on retrouve Éléphant Vert, Sicpa, Syngenta, Nestlé, Swissport, ABB, Buhler, Cotecna, Givaudan, Nestlé, Panalpina, SGS ou encore Sika. Avec plus de 5 MMDH d’investissements depuis 2014, les entreprises suisses installées au Maroc génèrent à elles seules 9.000 emplois directs. La surface agricole utile, plus d’1 million d’hectares, est exploitée à des fins agricoles. De ce fait, cette superficie occupe environ 25% de la superficie totale du territoire suisse, selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique. À son tour, cette superficie fournit plus de la moitié des biens alimentaires consommés dans ce pays. La Suisse comptait 52.000 exploitations agricoles en 2017 dont 6.638 en bio. Le secteur agricole suisse emploie 153.864 personnes, dont 20.590 dans l’agriculture biologique. Connu pour sa production agroalimentaire, la Suisse accorde aussi une grande importance à la recherche & développement et y consacre chaque année plus de 18,5 milliards de francs suisses (l’équivalent de 180 MMDH), soit près de 3% de son PIB.

Coopération Maroc/Suisse
Dès 1956, le Gouvernement suisse a reconnu l’indépendance du Royaume du Maroc et y a nommé son premier représentant diplomatique. Avec une coopération longue de plus de 60 ans, la Suisse est le 7e investisseur étranger au Maroc. Le Maroc est pour la Suisse un bon partenaire commercial. En 2016, le volume des échanges s’élevait à 520 millions de francs suisses. La Suisse y exporte essentiellement des produits pharmaceutiques, des machines et des produits horlogers. Les pierres et les métaux précieux, les articles de bijouterie, les textiles et les vêtements constituent les principales importations de la Suisse en provenance du Maroc. Enfin, la Chambre de commerce suisse a été fondée à Casablanca il y a plus de 25 ans. La Suisse joue un rôle actif au Maroc depuis plus de 60 ans. Plusieurs projets soutenus par elle et menés en coopération avec le royaume sont en cours de réalisation, notamment le projet PAMPAT, mis en oeuvre par l’ONUDI (2013-2019): «Projet d’accès aux marchés pour les produits agroalimentaires et du terroir» (le PAMPAT). Il vise à améliorer la performance, l’accès au marché et les conditions socio-économiques de deux chaînes de valeur au Maroc, l’huile d’argan et le cactus/figue de barbarie d’Aït Bâamrane. Pour sa part, le Projet AZIR–O, mis en oeuvre par l’ONUDI (2014-2019) ambitionne l’amélioration de la compétitivité des coopératives de la filière du romarin, la durabilité de la ressource et l’amélioration des performances des cueilleurs. Le Swiss Import Promotion Program (SIPPO) a, quant à lui, été mis en oeuvre par Swisscontact (fondation indépendante), proche du secteur privé pour la coopération internationale au développement (2017-2020). Il vise à augmenter la compétitivité des micro, petites et moyennes entreprises rurales à travers le renforcement managérial, le plaidoyer et le développement de services de qualité et de proximité. Le projet d’appui suisse aux associations professionnelles marocaines actives dans l’agriculture (ASAP-M) est également mis en oeuvre par Swisscontact (2013-2019). Le projet de gestion intégrée des bassins versants dans la région de Midelt (GIBV) est mis en oeuvre par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (2015- 2019). Par ailleurs, la Suisse et le Maroc ont conclu de nombreux accords parmi lesquels figurent l’Accord de libre-échange du 19 juin 1997 entre les États de l’AELE et le Royaume du Maroc et l’échange de lettres du 19 juin 1997 entre la confédération suisse et le Royaume du Maroc relatif au commerce des produits agricoles. À cela s’ajoutent la déclaration commune du 15 mai 1997 sur la coopération entre la Suisse et le Maroc relative à la promotion des investissements, des échanges commerciaux et du transfert de technologies respectueuses de l’environnement, en plus de la lettre d’entente entre la confédération suisse représentée par le département fédéral des Affaires étrangères et le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime marocain, signée le 30 avril 2014 à Meknès. Par ailleurs, le Maroc et la Suisse sont membres du Partenariat de la montagne, alliance volontaire de coordination transnationale composée des acteurs oeuvrant au développement durable des montagnes et à la mise en oeuvre de l’Agenda 2030.

Élection du nouveau DG de la FAO
Catherine Geslain-Lanéelle défend sa candidature au Maroc
À la veille de l’ouverture du Salon international de l’agriculture au Maroc, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a reçu à Meknès Catherine Geslain-Lanéelle, candidate de la France à la direction générale de l’Organisation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture (FAO). Lors de cette rencontre qui intervient dans le cadre de la tournée électorale de la candidate française, les deux parties ont évoqué les bonnes relations qui lient le Maroc et la France, particulièrement dans le secteur agricole. L’ancienne directrice générale du ministère français de l’Agriculture et de l’alimentation, ancienne directrice exécutive de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), a aussi exposé sa vision pour la candidature au poste de directrice générale de la FAO. En effet, l’élection du nouveau directeur général de la FAO aura lieu lors de la 41e session de la Conférence de la FAO qui se tiendra du 22 au 29 juin 2019 à Rome. Pour sa part Aziz Akhannouch a évoqué le rôle très positif qu’a joué la France en faveur de l’adoption des accords agricole et de la pêche liant le Maroc et l’Union européenne. Les deux parties se sont également arrêtées sur l’important apport que peuvent avoir les organismes internationaux dans le développement sectoriel des pays, notamment ceux émergents.

Financement agricole
Le Crédit du Maroc innove
Ce produit de financement à destination des PME-PMI a été lancé dans le cadre de son partenariat avec la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD). «Green Value Chain». C’est la nouvelle offre financière lancée par le Crédit du Maroc. Ce produit de financement des chaînes de valeur vertes à destination des PMEPMI a été lancé dans le cadre de son partenariat avec la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) qui a mobilisé la ligne de financement afin de soutenir les investissements verts des PME – PMI. De ce fait, la banque renforce son positionnement RSE en faveur du développement des énergies vertes et le développement des ressources énergétiques renouvelables. Avec une subvention de 10% des coûts d’investissement et une assistance technique au montage et l’accompagnement dans la réalisation des projets, Crédit du Maroc peaufine sa gamme de produits existants pour le financement de la transition énergétique, à savoir Chamsy pour le financement de l’énergie solaire à destination des particuliers et Greenergy, un produit à large portée pouvant bénéficier aux entreprises, aux professionnels et aux agriculteurs ainsi que le Financement des projets de grandes entreprises à travers son partenariat avec Unifergie ou Crédit Agricole Corporate and Investment Bank. L’offre GVC s’inscrit dans la stratégie de développement du Crédit Agricole France dans le secteur des énergies vertes pour apporter aux clients du Crédit du Maroc une solution permettant d’optimiser leurs coûts énergétiques.

Production laitière
Nestlé Maroc lance un village pilote
Basé sur la production laitière, le village modèle rural initié par Nestlé Maroc en partenariat avec plusieurs autres entreprises sera opérationnel après cette 14e édition du SIAM. Baptisé Tayr Al Hor, les travaux pour la construction de ce «village modèle» ont été lancés par le secteur privé dans la région de Doukkala. Il s’agit notamment de Nestlé Maroc, le Groupe Crédit Agricole, Syngenta, Quadran, Alf Al Maghrib et United Projet. Le projet prévoit la construction de l’ensemble des infrastructures de base qui font qu’un village rural pourra fonctionner en assurant à ses habitants un revenu tout en favorisant une production laitière à la pointe de ce qui se fait dans le monde. Ainsi, ce «Village modèle» comprendra 3 hangars réservés à l’élevage, un centre vétérinaire, une salle de traite, un centre de collecte de lait et un centre de rationnement alimentaire pour stocker les fourrages et engrais de maïs. La formation des agriculteurs ne sera pas en reste puisqu’un centre dédié sera mis en place pour des sessions régulières de formation dispensées. Ce «village modèle», dont le financement a été assuré par l’ensemble des partenaires, a pour objectif d’améliorer la productivité des vaches laitières grâce au passage de la traite manuelle à la traite mécanique pour produire plus de lait de meilleure qualité. De même que le projet ambitionne de favoriser une disponibilité du fourrage tout au long de l’année, grâce à l’ensilage, ce qui diminuera considérablement la dépendance des éleveurs aux conditions climatiques. En plus de la dimension sociale, le «village modèle» sera également porteur d’une dimension économique. Les infrastructures mises en place visent l’optimisation des charges ainsi qu’une diminution du coût de la production laitière pour augmenter la profitabilité des éleveurs à travers l’introduction des énergies renouvelables pour réduire les dépenses liées à la production de l’électricité.

Smart agriculture
Maroc Telecom présente la «Serre Intelligente»
À l’occasion du salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM), Maroc Telecom a présenté en avant-première le concept de serre intelligente. «Il s’agit là d’une innovation technologique majeure des solutions Smart Agriculture qui permet une meilleure production agricole et une meilleure rentabilité d’exploitation», indique l’opérateur télécom. Cette serre basée sur la technologiede l’Internet des objets (IoT) permet la collecte et l’analyse en temps réel des indicateurs bioclimatiques de la serre. Cette analyse est transmise à travers le réseau de Maroc Telecom, à une plateforme Analytics hébergée sur le cloud de l’opérateur. «Grâce à cette solution, l’agriculteur pourra assurer une gestion autonome et efficiente de la serre en suivant, à distance, ses indicateurs bioclimatiques», note-on auprès de Maroc Télécom. Il peut aussi procéder aux ajustements automatiques des paramètres de gestion de la serre et améliorer ainsi la qualité et le rendement de sa culture. Parmi, les avantages de cette technologie, on peut citer la facilitation de la gestion des serres sur de grandes exploitations.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages