Imprimer
Affichages : 1623

La plus grande ferme agricole ouvre ses portes demain à Meknès. Les préparatifs de l’édition 2019 du Salon international de l’agriculture du Maroc (SIAM) ont été suivis de très par le département du tutelle. De fait, les enjeux pour le secteur sont énormes.

Le Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) ouvre ses portes demain, à Meknès. Placée sous le signe du développement du secteur agricole et de la complexité de la croissance du secteur de l’emploi dans le monde rural, cette édition accueillera plus de 1.500 exposants représentant 60 pays et 22 ministres étrangers. «Les agriculteurs découvriront au SIAM les nouvelles techniques et les modes d’amélioration des récoltes. Durant ce rendez-vous, plusieurs dossiers en lien avec l’agriculture marocaine comme les dernières nouveautés du secteur et l’emploi des jeunes dans le monde rural seront débattus», note le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. Ce dernier a d’ailleurs inspecté, en fi n de semaine dernière, les différentes structures du Salon, qui sera organisé autour de dix pôles. Ce dernier sera déployé sur une superficie de 185.000 m² dont 95.000 m² couverts. Ce rendez- vous qui est classé en tête des événements les plus grands en Afrique dédiée à l’agriculture et aux acteurs du secteur agricole va abriter cette année plus de 300 conférences sur les différentes thématiques liées à l’actualité agricole. Les visiteurs du SIAM auront l’occasion de découvrir des concours des différentes races au pôle Élevage, des animations Ring & Show équestre ainsi que plusieurs autres animations. Le salon sera marqué, comme d’habitude, par la remises du grand prix Hassan II pour l’invention et la recherche dans le domaine agricole, le prix «meilleure qualité des huiles d’olive vierges extra», ainsi que la cérémonie du grand prix national de la presse agricole et rurale seront organisés comme chaque année.

La Suisse à l’honneur
La Suisse, l’un des pays leader de la production agroalimentaire sera à l’honneur. Ce pays, qui a l’une des économies les plus compétitives au monde, est aussi une grande puissance agricole. Près de la moitié, du territoire suisse est exploité dans l’agriculture, qui fournit à son tour plus de la moitié des biens alimentaires consommés en Suisse. Ce pays, qui est également leader de la production agroalimentaire, accorde une grande importance à la recherche et développement et y consacre chaque année plus de 18,5 milliards de franc suisse CHF (près de 180 milliards de DH), soit près de 3% de son PIB. Il faut noter que le Maroc est considéré comme un bon partenaire commercial pour la Suisse. En 2016, le volume des échanges s’élevait à 520 millions de francs. La Suisse y exporte essentiellement des produits pharmaceutiques, des machines et des produits horlogers. Les pierres et les métaux précieux, les articles de bijouterie, les textiles et les vêtements constituent les principales importations de la Suisse en provenance du Maroc. Enfin, la Chambre suisse du commerce a été fondée à Casablanca il y a plus de 25 ans. Le secteur agricole est, sans conteste, l’épine dorsale de l’économie du royaume. Ce dernier représente une occupation conséquente du foncier national, une réserve d’emploi de plus de 40% de la population active, une forte valeur ajoutée sur le PIB, avec une croissance soutenue de l’économie nationale de 4,1%. Ceci reflète l’enjeu particulier que représente l’activité agricole et souligne le succès du Plan Maroc Vert (PMV) reconnu en tant que véritable levier de développement de l’agriculture nationale par les institutions et les partenaires internationaux tels que le FMI, la FAO, la BAD ou encore l’UE entre autres. À ce titre, et en seulement dix ans, le chiffre d’affaires de la production alimentaire marocaine est passé de 87,3 milliards de dirhams (plus de 7 milliards d’euros) à 142,5 milliards de DH (près de 13 milliards d’euros), soit un bond de 63%, selon les chiffres de l’Office des Changes.