A lire aussi

15-10-2019 14:10

Caravane Emploi et Métiers 2019. L’étape rbatie réussie

L’étape rbatie de la Caravane Emploi et métiers 2019 a pu accueillir plus de 3.000 visiteurs en une…
Rejoignez nous sur :

Le groupe Al Omrane vient de lancer sa caravane de sensibilisation pour la promotion des logements à faible valeur immobilière (FVI) à 140.000 DH. À fin août 2019, Al Omrane de Fès-Meknès a conclu 48 contrats avec le secteur privé, ce qui permettra la construction de plus de 12.500 unités, dont 9.186 ont déjà été finalisées et 1.887 en cours de réalisation.

Malgré les efforts déployés pour le renforcement de l’offre de logements, le besoin national en la matière reste important puisqu’il a enregistré 1.800.000 demandes en 2018, dont plus de 40% concernent le logement social à des prix qui varient entre 140.000 et 250.000 DH. C’est ce qui ressort des dernières statistiques du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville. Dans ce cadre, le groupe Al Omrane a lancé, ce vendredi à Fès, la Caravane nationale du logement social à faible valeur immobilière (FVI). Organisée en partenariat avec le ministère de tutelle, cette opération de proximité et de sensibilisation vise à redynamiser la production des logements à FVI et à promouvoir davantage le partenariat avec les promoteurs immobiliers en général et les petites et moyennes entreprises en particulier, en respectant les spécificités de chaque région dans le domaine de l’urbanisme.

En effet, le logement à 140.000 DH (50 et 60 m²) a été mis sur le marché en 2008 et a souvent été mobilisé par les programmes de lutte contre les bidonvilles. Faute de dégager suffisamment de bénéfices pour impliquer le secteur privé, le programme n’a pas connu une grande réussite, précise le ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri. Pour encourager ce type de logement, les promoteurs immobiliers profiteront d’une exonération totale de l’IS ou de l’IR sur le bénéfice des opérations de construction et de vente de ces logements, de la TVA, des droits d’inscription à la conservation foncière et des droits d’enregistrement et de timbre sur les opérations d’achat des terrains destinés à la réalisation du projet de construction.

«Notre objectif, à travers le lancement de ce programme régional, est de sensibiliser les promoteurs immobiliers à la relance de la dynamique de l’investissement dans le domaine de l’immobilier, en vue de renforcer la cadence de production des logements sociaux et de garantir une vie décente à toutes les couches sociales, particulièrement celle à revenu limité et faible», explique Fassi Fihri.

De son côté, le président du directoire du Holding Al Omrane, Badr Kanouni, a mis l’accent sur les contraintes qui entravent la réussite du programme, dont la carence du foncier et son prix, qui est élevé pour ce genre de projet, l’envolée du prix des matières premières dans le secteur de BTP et la faible implication du secteur bancaire dans l’accompagnement de ce projet.

Concernant le bilan des réalisations, le directeur pour la région Fès-Meknès, Mohamed Derdouri, a relevé lors de cette rencontre que «jusqu’à fin août 2019, la société a conclu quelque 384 partenariats avec le secteur privé visant la construction de 184.480 unités de logement sur une superficie totale de plus de 1.000 hectares. Le nombre d’unités de logement économique est de 79.405 alors que celui à faible valeur immobilière (FVI) ne représente que 30.225 unités». Et d’ajouter : «le nombre total des unités réalisées au niveau national est de 95.586, alors que 26.300 sont en cours de réalisation. Au niveau de la région Fès-Meknès, 48 contrats ont été signés avec le secteur privé, ce qui permettra la construction de plus de 12.500 unités, dont 9.186 sont déjà finalisées et 1887 en cours de réalisation». Il est à noter que le secteur des bâtiments et des travaux publics contribue à hauteur de 6,3% au produit intérieur brut, à la faveur des grandes réformes structurelles lancées par l’État dans plusieurs domaines, dont la création de nouvelles villes et des pôles urbains, l’ouverture de nouvelles zones pour l’urbanisme, la création du Fonds de solidarité pour l’habitat et l’intégration urbaine et l’appui des familles pour l’accès à la propriété, outre le renforcement du partenariat entre les secteurs public et privé.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages