A lire aussi

05-12-2019 20:00

Archives du Maroc. El Otmani appelle à une stratégie nationale

À l’ouverture de la première réunion du Conseil national des Archives, le chef de gouvernement,…
Rejoignez nous sur :

La ville abrite ce jeudi une deuxième rencontre labellisée COP 22 qui traitera de la valorisation de l’eau d’irrigation. Selon le ministère de l’Agriculture, les superficies équipées en irrigation localisée par le secteur privé sont passées de 160.000 ha à près de 500.000 ha grâce au programme intégré de modernisation du secteur irrigué.

C’est la deuxième fois que la ville d’Agadir accueille une conférence labellisée COP 22. En effet, après la rencontre initiée récemment dans les locaux de l’université Ibn Zohr d’Agadir, le ministère de l’Agriculture et celui chargé de l’Eau organise, ce jeudi à la Chambre régionale d’agriculture, une conférence au sujet de la valorisation de l’eau d’irrigation en partenariat avec la FAO. Au-delà de l’engouement que suscite cette manifestation suite au lancement par le Maroc de son initiative «Triple A» pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques, la question de la valorisation de l’eau agricole se pose avec acuité, surtout dans le périmètre du Souss où le déficit hydrique affiche un bilan régional estimé à 58 millions de m3 par an.

Face à ce constat, la région a recouru au dessalement de l’eau de mer à des fins agricoles dont l’adjudicataire de l’appel à manifestation d’intérêt se fait toujours attendre, tandis que les professionnels ont déjà adopté les techniques d’irrigation localisée. Au niveau de la région Souss-Massa, qui représente 85% de la filière des fruits et légumes au Maroc, près de 97.000 hectares sur 160.000 sont aujourd’hui équipés en système d’irrigation goutte à goutte dans le cadre du programme intégré de modernisation de ce secteur. L’irrigation localisée est essentiellement adoptée au niveau des cultures exigeantes en eau comme les cultures maraîchères qui s’étendent sur 24.450 ha, les agrumes qui occupent 38.840 ha et le bananier sous serre sur 4.520 ha.

Au niveau national, les superficies équipées par le secteur privé ont plus que triplé selon le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime, passant de 160.000 ha à près de 500.000, et la modernisation intégrale des réseaux collectifs d’irrigation est achevée sur près de 65.000 ha, tandis qu’une superficie additionnelle de 55.000 ha est en cours de modernisation. Les économies d’eau réalisées à l’échelle de l’ensemble des superficies dotées d’irrigation localisée sont estimées à 800 millions de m3 d’eau. De même, les premiers projets de modernisation collective dans les périmètres irrigués ont enregistré des résultats prometteurs, selon la tutelle, en matière de valorisation d’eau. Les agriculteurs ont pu diversifier leurs systèmes de production et réaliser jusqu’à 3 fois plus de production avec 2 fois moins d’eau.

Le patronat se mobilise
Dans le cadre de l’édition spéciale de la Green Growth Academy, la Commission énergie, climat et économie verte de la CGEM et le Centre marocain de production propre organisent, durant la même semaine, à Agadir une autre conférence portant sur l’agriculture et la pêche face aux changements climatiques, ainsi que sur le rôle du secteur en matière de climat. Cette rencontre est initiée au moment où les acteurs de la région Souss-Massa préparent leurs contributions à la COP 22. Elle est organisée en partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, la FAO et l’ambassade des Pays-Bas au Maroc. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages