A lire aussi

12-12-2019 09:32

Amazigh: El Otmani fixe les deadlines aux institutions de l'Etat

Compte à rebours lancé! Le Chef du gouvernement a signé, mardi dernier, une circulaire relative à…
Rejoignez nous sur :
Monde

Les chercheurs d'une entreprise australienne ont affirmé avoir découvert un virus capable d'éliminer les cellules cancéreuses, une révolution qui reste à prouver.

Contre certains types de cancer de la peau, les médecins utilisent une forme modifiée du virus de l’herpès par exemple. De même, la variole bovine est une maladie virale des mamelles des vaches, qui a été à la base des premiers vaccins contre la variole chez l’homme. Les médecins utilisent également cette variole bovine comme base de traitement CF33 pour traiter le cancer.

Les premiers essais de ce virus sur des souris ont démontré que les cellules cancéreuses se réduisent. Désormais, l’entreprise Imugene envisage de faire les expériences chez l’humain.

Imugene ciblera spécifiquement les patients atteints du cancer du sein, du cancer du poumon, du cancer de la vessie, du cancer gastrique et intestinal et de mélanome.

Le professeur Yuman Fong est un chirurgien et oncologue américain, selon lui « Il a été prouvé que les virus pouvaient tuer le cancer à partir du début des années 1900, lorsque les personnes vaccinées contre la rage ont vu leur cancer disparaître, elles sont entrées dans un stade de rémission. »

« Le problème était que si vous rendiez le virus assez toxique pour tuer le cancer, vous craigniez qu’il tue aussi l’homme » admet le professeur Fong. Pour lui, le dosage permettra l’absorption de l’humain, le virus sera le meilleur moyen d’éliminer les tumeurs cancéreuses.

Les patients participant aux essais se verront injecter le virus directement dans leur tumeur. Ainsi, le virus se multipliera jusqu’à ce qu’il éclate dans la tumeur, ce qui la tuera efficacement.

Bien que le développement soit sur la bonne voie, les patients ont été avertis que ce n’était que la phase d’expérimentation et qu’il y a encore un long chemin à parcourir avant de voir l’apparition de ce virus dans nos hôpitaux.

Le docteur Sanchia Aranda, la cheffe du Cancer Council a mis en avant les limites de ce virus : « Lorsqu’il sera testé chez l’homme, nous verrons si le système immunitaire se défend contre le virus et l’élimine avant qu’il n’atteigne le cancer ou s’il y a des effets secondaires indésirables. »

« Les cellules cancéreuses sont très intelligentes, ce sont de véritables Darwiniens qui mutent pour survivre et il y a de fortes chances qu’elles deviennent résistantes au virus comme elles le deviennent maintenant à la chimiothérapie et à l’immunothérapie » concède Sanchia Aranda.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages