A lire aussi

18-06-2019 16:53

SEDAR International ouvre son premier showroom au Maroc

SEDAR International, en partenariat avec Com2Cam Interiors, se lance pour la première fois sur le…
Rejoignez nous sur :
Monde

 

La Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée chaque année par les nations du monde le 3 mai, est l'occasion d'évaluer les réalisations du secteur des médias, ainsi que le statut de la liberté de la presse et la protection de son indépendance au niveau mondial.

 

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a choisi  pourla Journée mondiale de la liberté de la presse 2019 le thème "médias pour la démocratie: journalisme et élections dans une époque de désinformation " afin d'identifier les défis actuels auxquels les médias sont confrontés en période électorale et de mettre en évidence le rôle des médias Promouvoir le processus démocratique des États.

 

L’UNESCO considère qu’il existe un lien étroit entre le droit de vote et le droit à la liberté d’expression en période électorale: dans les systèmes démocratiques, les électeurs devraient être en mesure d’identifier les questions inscrites à leur ordre du jour et de voter librement et pleinement avec les antécédents politiques et les programmes des candidats.

 

La Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a souligné la nécessité de "garantir la liberté d'opinion en permettant le libre échange d'idées et d'informations sur la base de faits réels, à une époque où le ton du discours de suspicion et de réticences à l'égard de la presse et de travaux de presse visant à les délégitimer "Souligner que la liberté de la presse est" la pierre angulaire des sociétés démocratiques ".

 

"Les conditions actuelles dans notre monde, caractérisées par une ébullition politique, impliquent toutes sortes de risques d'exploitation et sont accompagnées de pratiques visant à entraver le travail de la presse et à empêcher les journalistes de s'acquitter librement de leurs tâches", a déclaré  Azoulay dans une lettre publiée à l'occasion de la Journée mondiale. Ces pratiques incluent, par exemple, harceler, arrêter arbitrairement et même tuer des journalistes.

 

Elle a également noté que "l'Observatoire de l'UNESCO pour les meurtres de journalistes avait compté 99 meurtres de journalistes en 2018", notant que le nombre total de meurtres de journalistes recensés par l'Observatoire entre 1994 et 2018 s'élevait à 1 307.

 

"L'impunité pour les crimes contre les journalistes est une menace pour toutes les sociétés et nous oblige à être vigilants en toutes circonstances", a-t-elle déclaré, appelant à des efforts internationaux concertés pour défendre la liberté d'expression et assurer la sécurité des journalistes. "Aucune démocratie ne peut être réformée sans l'existence de médias libres, pluralistes et indépendants", a-t-elle ajouté. "La presse indépendante permet aux citoyens d'être informés des faits réels et de façonner leur point de vue".

L'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré cette Journée mondiale en 1993, à la suite de la recommandation adoptée par la vingt-sixième session de la Conférence générale de l'UNESCO en 1991.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages