Imprimer
Affichages : 1475

 

Le conseil des ministres saoudiens, présidé par le roi Salman Bin Abdul Aziz, au palais Al-Yamamah de Riyad a approuvé mardi le budget de l'Etat pour l’année 2019.

Dans une lettre adressée aux citoyens saoudiens après la réunion, le roi Salman a précisé que « Les dépenses de ce budget (billions de cent six milliards de riyals) sont sept pour cent plus élevées que prévu à la fin de l'exercice 2018, et les recettes  sont de neuf cent soixante-quinze milliards de riyals, soit une augmentation de 9% par rapport à ce qui était prévu avant la fin de 2018 ».

De son côté, le prince héritier Mohammed Bin Salman a précisé que  les réformes économiques et structurelles de l'économie saoudienne vont progressivement vers la réalisation des objectifs du projet «Vision 2030» visant à diversifier l'économie, d'assurer la stabilité économique et la durabilité financière, de stimuler le secteur privé et d'améliorer le niveau de vie des citoyens.

Le prince Mohammed bin Salman a également déclaré que le gouvernement avait injecté davantage d'investissements dans les programmes de réalisation de la Vision 2030 du Royaume, afin de soutenir la croissance économique, renforcer les infrastructures et de permettre la création de plus d'emplois pour les citoyens et de créer un environnement attractif pour l'investissement, contribuant ainsi à orienter l'économie nationale vers de larges perspectives de croissance et de prospérité.

Il a également souligné l'importance du rôle du secteur privé en tant que partenaire stratégique pour soutenir la croissance économique du pays et que le pays avait alloué 200 milliards à moyen terme à la mise en œuvre de diverses initiatives visant à stimuler directement le secteur privé.

Il a souligné que la déclaration budgétaire de l'État reflétait la volonté du Royaume d'adopter les normes les plus strictes en matière de transparence et de divulgation financière afin de renforcer la confiance et la force économiques et financières du Royaume.

Le prince héritier a conclu son intervention en affirmant que le gouvernement s'était engagé à fournir davantage de services et à améliorer la qualité de la vie et les investissements dans les infrastructures pour les générations présentes et futures, afin de répondre aux aspirations des citoyens et à leurs besoins.