A lire aussi

27-05-2019 00:19

Zamalek remporte la Coupe de la CAF

Le Zamalek d'Égypte a remporté la Coupe de la Confédération africaine de football, après sa…
Rejoignez nous sur :
Monde

Le Parlement européen a approuvé mercredi un vaste accord commercial entre l'UE et le Japon, le plus important jamais conclu, présenté comme "un symbole" face au protectionnisme de Donald Trump et la crise politique qui entoure le Brexit.

Cet accord, approuvé par 474 voix pour, 152 contre et 40 absentions, doit entrer en vigueur le 1er février 2019. C'est "un symbole, un signal", s'est félicitée la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström. "On montre que nous, on est en faveur d'un commerce ouvert, mais régulé".

La conclusion de cet accord permet à l'UE d'affirmer son rôle de porte-drapeau du libre-échange, au moment où le multilatéralisme est plus que jamais remis en cause par les Etats-Unis.

Cet accord pourrait servir de base à un éventuel traité commercial avec le Royaume-Uni après le Brexit. "Tout est un peu dans l'incertitude avec le Royaume-Uni pour l'instant. Mais un jour ou l'autre, il faudra qu'on négocie quelque chose", qui ira "plus loin encore" que ce qui a été conclu avec le Japon, estime Malmström.

Ce texte négocié depuis 2013 est le plus vaste jamais conclu: il concerne plus de 630 millions de personnes et près d'un tiers du PIB mondial. Il couvrira, dès son entrée en vigueur prévue le 1er février, la quasi-totalité des échanges entre Bruxelles et Tokyo et profitera en particulier, selon Mme Malmström, à l'agriculture européenne.

A terme, 85% des produits agroalimentaires de l'UE pourront entrer au Japon sans droits de douane, mais parfois à l'issue de périodes de transition. D'autres, comme le boeuf, verront les taxes imposées réduites progressivement. Le riz, un produit hautement symbolique pour les Japonais, est en revanche exclu de l'accord.

Tokyo s'engage aussi à reconnaître plus de 200 indications géographiques comme le Roquefort, le Tiroler Speck autrichien, le Jambon d'Ardenne belge ou la Polska Wódka (vodka polonaise), qui bénéficieront "du même niveau de protection qu'en Europe".

Les négociations ont été particulièrement complexes sur les produits laitiers. L'accord éliminera les droits de douanes très élevés sur plusieurs fromages, avec une période de transition pouvant atteindre 15 ans.

Les Japonais obtiennent de leur côté un libre accès au marché européen pour leur industrie automobile, mais seulement à l'issue d'une période transitoire de plusieurs années.

Cet accord comprendra aussi un chapitre sur le développement durable et une référence explicite à l'accord de Paris de 2015 sur le climat.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages