A lire aussi

05-12-2019 10:23

Au moins 58 migrants morts dans un naufrage au large de la Mauritanie

Résultat de recherche d'images pour "leseco migrants"
Au moins 58 personnes sont mortes dans le naufrage jeudi d'un bateau au large de la Mauritanie, a…
Rejoignez nous sur :
Monde

 

Après le Mondial de football en Afrique du Sud en 2010, c’est la deuxième fois qu’un pays africain est choisi pour accueillir une compétition sportive internationale.

Si l'Afrique attend encore d'accueillir un jour les Jeux olympiques, le Sénégal a été officiellement désigné lundi par le Comité international olympique pour organiser, en 2022, les Jeux olympiques de la jeunesse, une version réduite qui accueille tous les 4 ans 4.000 sportifs âgés de 15 à 18 ans.

«Le moment est venu pour l'Afrique, terre de nombreux athlètes olympiques de premier plan. L'Afrique est un continent de jeunesse. C'est pourquoi nous voulons que les Jeux olympiques de la Jeunesse 2022 soient organisés en Afrique et au Sénégal. La ville a proposé un projet basé sur une vision forte de la jeunesse et du sport. Les opportunités sont nombreuses et nous nous efforcerons de les réaliser ensemble dans le cadre d'un partenariat fort, de jeux visionnaires, responsables et inspirants pour la jeunesse», a déclaré Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO). 

Les membres du CIO, réunis lors de leur 133e session, ont ainsi validé la résolution de la Commission exécutive, prise début septembre, de recommander la candidature du Sénégal, face à trois autres postulants : la Tunisie, le Botswana et le Nigeria.

Présent sur place, le président du Sénégal, Macky Sall, a évoqué un moment "historique pour le CIO, l'Afrique et le Sénégal".

Le chef de l'État a exprimé "au nom de tout le peuple africain notre gratitude pour ce choix certes difficile, mais ambitieux qui correspond aux idéaux de l'olympisme", promettant que le Sénégal ferait "ce qu'il faut pour que l'Afrique vous reçoive dans des conditions exceptionnelles conformes aux standards internationaux".

Le financement sera assuré en grande partie par une contribution du gouvernement mais aussi par des partenaires privés.

Le CIO apporte de son côté une contribution sous forme de services et de prestations et "prend en charge tous les transports et l'hébergement" des délégations, a ajouté Christophe Dubi, directeur des Jeux au CIO.

Par la voix de Mamadou Ndiaye, président du Comité olympique sénégalais et membre du CIO, le Sénégal avait confirmé sa candidature dès le mois de février en marge d'une session à la veille des JO d'hiver de PyeongChang.

 

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages