A lire aussi

17-09-2019 11:37

Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde

L’Oasis Festival vient de confirmer son statut d’évènement incontournable de la scène électronique…
Rejoignez nous sur :
Monde

Atteindre en 2030 une série d’objectifs liés au développement durable arrêtés en 2015, c’est le fer de lance de l’ONU. Cela dit, hier, le secrétaire général de l’entité Antonio Guterres a mis en garde les États membres contre une «marche arrière» dans plusieurs domaines, souligne l’AFP.

C’est lors d’une réunion qui s’est tenue durant huit jours et relative à l’avancement des pays vers lesdits objectifs que le secrétaire général a noté des avancées considérables : «Nous avons réalisé d’importants progrès dans plusieurs domaines à travers le monde : réduction de la mortalité infantile et maternelle, développement de l’éducation de base, amélioration de l’accès à l’électricité…».

Cependant des points noirs ont également été relevés lors des discussions. Il a affirmé dans ce sens : «Nous sommes à la traîne ou même en train de faire marche arrière dans d’autres domaines qui sont essentiels à notre engagement commun de ne laisser personne de côté». Cette manifestation a été l’occasion pour 47 États de présenter «leurs progrès et leurs lacunes pour atteindre d’ici 12 ans, 17 objectifs de développement durable définis en 2015».

Les objectifs de cette feuille de route ont pour but d’«éradiquer la pauvreté, la faim, garantir la santé, le bien-être, une éducation pour tous ou une égalité entre les sexes» tout en préservant l’environnement et en luttant contre le réchauffement climatique. Et malgré les points positifs relevés lors de ce rendez-vous, le constat est sans appel : «pour la première fois en une décennie, le nombre de personnes sous-alimentées a augmenté principalement en raison des conflits, de la sécheresse et des catastrophes liées au changement climatique». Et le patron de l’ONU de conclure : «L’inégalité entre les sexes continue de bloquer les femmes et de les priver de droits fondamentaux et d’opportunités, et l’investissement dans des infrastructures durables essentielles reste totalement insuffisant».

Du travail reste encore à accomplir notamment en termes d’environnement puisque l’ONU qualifie aujourd’hui l’Accord de Paris de 2015 d’«insuffisant» et estime que les défis auxquels nous devons faire face sont «de plus en plus nombreux».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages