A lire aussi

13-12-2018 12:03

ASMEX. À la rencontre des TPME de la région Souss-Massa

L’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), la Fédération des Industries de Transformation et…
Rejoignez nous sur :
Monde

Le parti du président sud-africain, l’ANC, a tenu une réunion de son comité exécutif cette nuit. Une conférence de presse sera organisée au siège du parti à Johannesburg pour éclairer leurs concitoyens. Selon les premières fuites, il semble bien que le Comité exécutif de l’ANC se soit mis d’accord pour rappeler Jacob Zuma et demander officiellement sa démission. En effet, la réunion du comité exécutif de l'ANC, premier parti sud-africain, s'est achevée hier à 3 heures du matin sans aucune communication officielle. La réunion du comité exécutif de l'ANC était censée être brève mais elle aura finalement duré 13 heures. Un véritable marathon qui n'a donc débouché sur aucune annonce officielle.

Le comité directeur du parti s'est visiblement mis d'accord pour rappeler Jacob Zuma, mais il semble que le président sud-africain joue la montre et donne du fil à retordre aux négociateurs qui n'ont pas le pouvoir légal de le forcer à partir. Ce week-end, Cyril Ramaphosa, vice-président d'Afrique du Sud, avait pourtant promis de «finaliser» la transition et d'apporter rapidement des réponses au pays mais les informations restent très rares ce mardi matin. De toute évidence, le comité exécutif de l'ANC a formellement demandé à Jacob Zuma de démissionner dans les 48 heures mais selon certaines sources d'information, ce dernier aurait demandé un délai de trois mois pour mettre ses affaires en ordre et présenter Cyril Ramaphosa auprès des organisations internationales. Si Jacob Zuma refuse réellement de démissionner, la situation pourrait rapidement se transformer en cauchemar.

Dans ce cas, l’ANC devra se tourner vers le Parlement et demander à ses députés de voter la destitution du président, conformément à la constitution sud-africaine. L’occasion devrait d’ailleurs se présenter rapidement, puisque le parti EFF de Julius Malema a déposé une motion de défiance contre Jacob Zuma, motion qui doit être examinée très bientôt par le législatif sud-africain.

L'opposition veut une motion de censure

Réunie lundi après-midi, l'opposition a demandé une dissolution de l’assemblée et des élections anticipées. Pour Mmusi Maimane, leader du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique, il faut que la motion de défiance, contre le chef de l’État. Cette dernière, prévue le 22 février, devra être avancée à cette semaine. «Tout le monde en Afrique du Sud appelle à la démission de Jacob Zuma. L’opposition présente ici dit qu’il doit partir. Les différents mouvements religieux disent qu’il doit, le comité exécutif de l’ANC dit qu’il doit partir... Il n’y a que Jacob Zuma qui refuse de partir.», s’est exprimé Mmusi Maimane. Donc dans ce contexte, nous ne pouvons pas nous contenter d’être spectateurs des rivalités au sein de l’ANC. Nous disons : allons au Parlement et votons une motion de défiance qui nous débarrassera de Jacob Zuma...», a martelé Mmusi Maimane lors de la conférence de presse finale.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages