A lire aussi

13-11-2019 12:22

Indice d’ouverture sur les visas en Afrique : Le Maroc 46e sur 52 pays

Pour la première fois, les Africains peuvent voyager en moyenne, vers plus de 27 pays sans visa ou…
Rejoignez nous sur :
Médias

 Lundi dernier, facebook  célébrait son 15e anniversaire, cofondé en 2004 par Mark Zuckerberg, le site bleu était d'abord réservé aux étudiants de cette université, il s'est ensuite ouvert à d'autres universités américaines avant de devenir accessible à tous en septembre 2006.

Facebook boucle sa 15e année sur une note pas très populaire, Objet de nombreux scandales, concernant notamment les données de ses utilisateurs, la censure et sa capacité à désinformer, pourtant ses chiffres ne cessent de monter,  ainsi que le nombre de personnes inscrites.

Au Maroc, on estimait le nombre d’inscrits à facebook, en 2018, à 16 millions de personnes selon le rapport medianet.

Plus d’un Marocain sur trois disposait d’un compte facebook et les chiffres ont certainement monté depuis, au niveau mondial, Plus de deux milliards de personnes, soit près du tiers de l'humanité, se connectent au réseau social au moins une fois par mois.

L’impopularité médiatique est donc sans effet sur le site, d’autant plus qu’au Maroc, facebook a définitivement changé la conception du média et de l’information, permettant aux internautes de filmer et rapporter des événements en temps réels, notamment grâce aux « lives ». La vraie étendue de  l’influence de facebook sur la société marocaine s’est manifestée à partie d’avril 2018, avec la célèbre campagne de boycott, qui a marqué le paysage médiatique marocain pendant plusieurs mois.

D’un simple appel lancé par des pages et des groupements virtuels,  le boycott s’était vite transformé en véritable mouvement de masse, ayant influé sur le revenu des sociétés visées et ayant même fait réagir les politiciens.

Si d’un côté le site semble être un lieu d’expression libre pour nombre d’internaute, le souci des données et de la vie privé ni les obscures motivations de l’entreprises ne semblent pas encore claires, le groupe a admis ces derniers jours avoir payé des jeunes pour pouvoir récolter et analyser leur données personnelles. Une enquête du site américain Techcrunch a ainsi révélé que, depuis 2016, l'entreprise avait proposé des bons cadeaux d'environ 17 euros par mois à des 13-35 ans pour tout savoir de leurs usages sur mobile. Des formulaires d’autorisation parentale ont été remplis d'après le réseau social, qui explique que cela n’avait "rien de secret" : "[Le programme] était littéralement appelé Facebook Research App. Il ne s’agissait pas d’espionnage, puisque les utilisateurs avaient tous signé pour participer".

L’entreprise Facebook semble toutefois avoir de longues années devant elle. Evolution à suivre...

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages