A lire aussi

02-12-2019 13:51

Drame de Taza: Le "subtil" message de condoléances d'El Otmani

Suite au drame de la route, survenu dimanche à Taza, et qui a coûté la vie à 17 personnes selon les…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Immortalisée en vidéo, la scène de l’accouchement d’une femme devant le Centre hospitalier universitaire de Fès rouvre le débat autour de la santé publique au Maroc. Les images de cet incident sont vite devenues virales, attisant la colère des internautes.

Originaire de Sefrou, une jeune maman aurait donné naissance à deux jumeaux sous les yeux des passants dans la rue. La vidéo montre des femmes aidant la maman à donner vie ses nouveaux-nés, sans «aucune intervention de l’équipe soignante du CHU de Fès», selon les dires de l’internaute qui a lancé le live sur Facebook.

Contactée par LesECO, Nawal Mouhout, responsable de la cellule communication au CHU de Fès déclare que «la femme a été reçue par le personnel, mardi 5 novembre à 17h30 pour un examen général qui a duré une heure trente minutes, avant de conclure que son accouchement n'était pas imminent et lui demander de se rendre à l'hôpital préfectoral Al Ghassani pour une prise en charge».

«La femme a refusé cette contre-référence et a choisi de rester devant les portes du centre. Elle a eu des contractions quatre heures après le diagnostic des médecins, une durée largement suffisante pour qu’elle se rende à l’autre hôpital désigné», souligne la responsable.

Ces femmes que les internautes ont vues sur la vidéo sont «les sages-femmes qui se sont précipitées pour lui apporter les soins nécessaires dans la rue, au milieu des cris et des injures des passants», explique Nawal Mouhout, ajoutant que la femme a été transportée sur un brancard et installée dans une chambre où elle a reçu tous les soins nécessaires après un accouchement par voie-basse sans la moindre complication. Il s’agit d’un seul bébé, non de jumeaux, nous apprend la responsable, dénonçant le comportement «violent» des passants à l’encontre du personnel du centre.

Nawal Mouhout a ainsi exprimé sa colère et celle de tout le personnel, concernant le mauvais traitement consacré par les citoyens présents sur place ce jour-là. «Violence physique et verbale, c’est comme ça que les gens ont remercié le personnel qui a participé à cet accouchement en pleine rue. Dans un autre pays, on aurait applaudi cette action, ici la violence a été la récompense de ces sages-femmes, qui ont été filmées et publiées sur les réseaux sociaux, contre leur gré». L’hôpital pourrait donc poursuivre l’auteur du live en justice, ajoute la responsable communication du centre.

Rappelons ainsi que le nouveau ministre de la Santé désigné par le roi Mohammed VI, Khalid Ait Taleb, a été directeur du CHU Hassan II de Fès, depuis son ouverture en 2009. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages