A lire aussi

12-12-2019 08:16

Complexe Mohammed VI. Visite guidée

Inauguré cette semaine par le souverain, le complexe Mohammed VI de football réalisé par la…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Les producteurs espagnols de fruits rouges confirment l’importance de la main-d’œuvre marocaine et annoncent que le secteur souhaite faire appel aux services de 19.000 saisonnières pour couvrir les besoins de la prochaine campagne agricole.

La campagne de recrutement des saisonnières marocaines est bien lancée. La filière andalouse des fruits rouges, l’une des plus importantes en Europe, a annoncé la couleur de cette prochaine saison de production de «l’or rouge». Comme l’ont rapporté des médias locaux à Huelva, les professionnels de ce secteur ont d’ores et déjà identifié leurs besoins en main-d’œuvre. Pour cette année, le secteur a fait savoir que 19.000 saisonnières marocaines seront nécessaires pour le bon déroulement de cette prochaine saison agricole.

Le chiffre est similaire au contingent approuvé l’année dernière par la Commission provinciale en charge de la gestion des contrats dans le cadre de la migration circulaire. Ainsi, 19.179 saisonnières seraient été autorisées à se rendre dans les champs de Huelva. Mais, le contingent final sera décidé par les autorités espagnoles en prenant en considération la demande des opérateurs espagnols. À priori, ladite commission répond favorablement à la demande des producteurs. L’année dernière,  14.411 saisonnières avaient pu obtenir leur ticket pour les champs andalous de production de fruits rouges, à cause du retard accusé durant la période de gestion des dossiers de recrutement. Afin d’éviter ces contretemps et prendre de l’avance, la filière a annoncé que la première phase de recrutement sera lancée durant la dernière semaine de novembre. C’est la première fois que le calendrier est avancé et ce n’est pas la seule nouveauté de cette prochaine campagne. L’arrivée des journalières agricoles sera répartie selon quatre phases et non trois comme ce fut le cas durant la dernière campagne. De la sorte, les saisonnières agricoles ayant pris part à plus de deux campagnes agricoles seront les premières à rejoindre les exploitations agricoles et ceci à partir du 15 décembre. Un mois plus tard, le 15 janvier précisément, un deuxième contingent aux mêmes caractéristiques que le premier commencera ses activités dans les exploitations agricoles, suivi d’un troisième en février.

À partir de mars, ce sera au tour des saisonnières recrutées durant la dernière campagne. Les «débutantes» partiront, elles aussi, à cette date.  Cette planification et cette anticipation du processus de recrutement démontrent encore une fois l’importance de la main-d’œuvre marocaine pour ce secteur. Une reconnaissance   saluée par les autorités andalouses à maintes reprises. De même, elle met fin aux spéculations ayant circulé autour d’une éventuelle remise en question de ce modèle de migration circulaire.

En effet, l’année dernière, certains producteurs de fruits rouges avaient laissé entendre leur souhait de faire appel à des travailleurs originaires de l’Amérique latine, pour remédier, estiment-ils, à cette «dépendance» vis-à-vis des travailleuses agricoles marocaines. Or, selon des indiscrétions, cette expérience pourrait même être reconduite dans d’autres régions espagnoles. Un essai a été mené durant la dernière campagne, quand la province de Segovia (région Castille-et-Leon) a fait appel aux services de 268 saisonnières marocaines en juin dernier.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages