A lire aussi

03-12-2019 13:48

La visite de Pompeo au Maroc, décryptée par un ancien ambassadeur américain

A l'occasion de la visite officielle du secrétaire d'Etat américain, Michael Pompeo, cette semaine…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Dans le cadre de l'ouverture de la 5e édition du Congrès mondial sur la formation ferroviaire, le directeur général de l’ONCF et président de l’UIC pour la région Afrique, Mohamed Rabie Khlie, a déclaré que cette académie créée à moyen terme, sera appelée à donner une nouvelle impulsion à l’écosystème ferroviaire en Afrique.
 
Pour le directeur et président Mohamed Rabie Khlie, la formation des collaborateurs aux différents métiers ferroviaire constitue «un levier stratégique incontournable ayant pour but le développement du savoir, du savoir-faire, des qualifications et des compétences du facteur humain».
 
Khlie est revenu sur le processus de refonte du système de formation, à ce titre, il a indiqué que «des plans de formation ciblés ont été programmés en phases amont et aval, pour lesquels les ressources adéquates ont été mobilisées, à savoir 7% de la masse salariale».
 
Depuis 2013, près de 12 cycles de formation ont été organisés par l’UIC région Afrique. Ces formations, qui ont accueilli près de 250 participants encadrés par 150 experts ONCF et UIC, portaient sur la sécurité ferroviaire et la maintenance de la voie.
 
Pour le président de l’Union internationale des chemins de fer (UIC), Ginaluigi Castelli, la transformation digitale dans les grandes industries est primordiale, selon lui, les «manifestes» de la transformation digitale doivent être intégrés dans la formation des différents collaborateurs concernés. Ces «manifestes» portent, entre autres, sur le «le respect des technologies, l'adoption des lois économiques fondamentales et la propagation d'une attitude novatrice au sein de toute l’organisation».
 
La stratégie du Maroc d’être à l’initiative de la création d’une académie ferroviaire en Afrique peut jouer dans son ambition d’intégrer en 2020 le club des 20 premiers réseaux ferrés dans le monde.
 
En effet, à l’issue de cet événement, le ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l'eau, Abdelkader Amara, a indiqué que tel qu’il ressort du dernier rapport du World Economic Forum, «le positionnement du Maroc dans l’échiquier international et régional en est la meilleure consécration», soulignant que le capital humain demeure l’essence et la clé de réussite.
 
Le ministre a, en outre, mis en exergue le tournant historique que vit le monde ferroviaire marocain suite à la concrétisation d’importants programmes d’investissement qui ont mobilisé plus de 70 milliards de DH entre 2008 et 2018 et ont été couronnés par l’avènement du train à grande vitesse «Al Boraq», constituant une réalisation de fierté nationale.
 
À cet égard, le ministre Amara a affirmé que ce congrès constitue une étape cruciale pour réussir ce changement, qui va créer une nouvelle dynamique territoriale comme l'ambitionne l'Agenda 2063 porté par les chefs d’État africains, retenant parmi les projets phares, la connexion ferroviaire à grande vitesse des capitales africaines.

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages