A lire aussi

18-09-2019 14:40

Une enseignante dénonce l'état délabré de son lieu de travail... le ministère répond

Cette vidéo est presque devenue virale ! Depuis la fin de semaine dernière, une séquence vidéo…
Rejoignez nous sur :
Maroc

 

La direction générale de l’Administration des douanes et des impôts indirects a mis en garde contre des «fausses rumeurs» sur les réseaux sociaux, portant des accusations graves contre ses dirigeants et ses fonctionnaires.

Une circulaire de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) à l’intention des employés de ses différentes administrations régionales a suscité un vif débat parmi ses derniers, surpris par son  ton «menaçant», rapporte Assabah dans sa livraison du jeudi 15 aout. La note indique que «l’Administration a eu vent de certains messages et accusations sur les réseaux sociaux, particulièrement sur l’application WhatsApp. Les publications répandent des rumeurs et fausses accusations contre les fonctionnaires et les responsables de l’ADII».

D’après l’administration des douanes, ces messages portent atteinte à son image et sa réputation, ce qui a causé plusieurs «dégâts moraux», ajoute le quotidien arabophone. Les sources d’Assabah insistent sur le caractère ambigu de la note de la direction générale de l’ADII se demandant si les dirigeants ont bel et bien vérifié l’existence des dits discours sur les réseaux sociaux ou se sont-ils juste contenté d’avoir «eu vent» de leur contenu.

Sujet à la discorde, la circulaire précise que la Direction générale de l’ADII n’hésitera pas à prendre les mesures qui s’imposent et envisagerait même de saisir les autorités compétentes judiciaires afin d’enquêter sur les origines de ces rumeurs. Des mesures disciplinaires contre les personnes impliquées seront appliquées dès la fin de l’enquête.

D’après Assabah, l’administration ne devrait pas prendre des mesures disciplinaires illico presto et attend l’approfondissement des investigations avant de se diriger vers la justice, ou pas. Certains fonctionnaires de l’ADII ont demandé à leurs responsables d’agir à l’instar de la DGSN, qui enquête d’abord sur la véracité des faits avant de prendre sa décision.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages