A lire aussi

13-12-2019 21:39

Vidéo. Le ministère de l'éducation nationale sensibilise contre le travail des enfants

Résultat de recherche d'images pour "Education nationale leseco.ma"
Le ministère de l'éducation nationale soutient une campagne de sensibilisation contre le travail…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Saad-Dine El Otmani, chef de gouvernement, a reçu les médias pour un ftour et une discussion à bâtons rompus autour de bilan de son gouvernement à mi-mandat. Chronique d’une soirée ramadanesque

Dans ce genre d’exercice, les règles du jeu ne sont pas écrites, mais elles sont connues. L’homme politique veut réussir sa communication en se livrant le moins possible. De leur côté, les journalistes sont à l’affût de scoops et de coulisses de la gestion des affaires publiques. Le 15 mai en soirée, à la résidence du chef de gouvernement, chacune des parties est venue avec ses intentions et priorités. Le sujet du jour, «Le bilan du gouvernement à mi-mandat» est rapidement passé au second plan.

El Otmani, en défenseur
El Otmani, comme les journalistes, fera la part belle à la presse et à son rôle d’animation du débat public. Une échappatoire face à un El Otmani réservé et prudent, comme à l’accoutumée. Il est 18h. El Otmani se présente au salon marocain de sa résidence. Revêtant costume et cravate bleu marine, le chef de gouvernement vient de terminer une longue journée de travail. Les journalistes et quelques personnalités conviés à ce ftour sont déjà installés, armés de leurs nombreuses questions. Petit moment de silence. Le chef de gouvernement brise la glace: «Est-ce que je commence par vous poser des questions ?», lance-t-il pour démarrer la discussion. Sa première question: «Comment avez-trouvé le bilan de mi-mandat ?», demande-t-il. Silence chez les journalistes. Les premières questions fusent. El Otmani répète ses éléments de réponse habituels: «Le gouvernement a des réalisations importantes durant cette période très courte. Nous accumulons des retards qui sont des héritages du Maroc depuis l’Indépendance ». Rapidement, les questions des journalistes s’orientent vers un éventuel remaniement ministériel. El Otmani nie en bloc: «Je n’ai eu aucune discussion avec les chefs de parti à ce sujet. Certes, le débat a été entamé à un certain moment avec la possibilité de revoir la structure des secrétaires d’État. Sauf que cette piste a été aussitôt abandonnée pour plusieurs raisons. Depuis, nous avons été pris par plusieurs dossiers, notamment le dialogue social et la préparation du bilan de mi-mandat». Les journalistes persistent et signent. El Otmani lâche finalement: «Nabil Benabdellah est le seul à avoir évoqué le sujet. Je l’ai appelé et on va pouvoir clarifier les choses prochainement».

El Khalfi, en technicien
Les questions s’enchaînent et s’orientent vers des sujets «techniques » comme la régulation des GAFA au Maroc, le modèle économique de la presse et, surtout, le plafonnement des prix des carburants. Dans ce registre, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, vient à la rescousse du chef de gouvernement. Le ministre PJD maîtrise les dossiers et apporte chiffres et détails techniques, et surtout un discours bien rodé. Sur le dossier de la SAMIR comme sur celui de la régulation de la GAFA, El Khalfi temporise et renvoie les journalistes à la complexité de ces dossiers. Les journalistes reviennent sur le terrain politique et notamment la cohésion de la coalition gouvernementale. Sur ce thème, El Otmani se montre irrité: «La presse réserve une trop importante place à ce thème. C’est un non-sujet. Notre coalition est la plus apaisée et cohérente de ces dernières décennies », estime-t-il. Et d’ajouter: «Je ne comprends pas pourquoi la presse donne trop d’importance à ce sujet». Les interrogations du chef de gouvernement font l’impasse sur le rôle de la presse dans une société en construction démocratique. Les médias en tant que «quatrième pouvoir» ont pour mission de faire le suivi honnête de la vie politique et ses péripéties. Les nombreux soubresauts des composantes de ce gouvernement s’inscrivent pleinement dans cette mission. C’est l’heure de la rupture du jeûne. «On passe à table pour continuer la discussion », invite notre hôte. El Otmani change de registre. Il prend de la hauteur par rapport de l’actualité. Il troque la casquette de chef de gouvernement pour celle de docteur en médecine. El Otmani tente de décrypter la société marocaine avec le regard du psychiatre. «Cette défiance vis-à-vis du gouvernement tire ses origines de la relation conflictuelle entre le Makhzen et les tribus. Pourtant, les choses ont bien changé», avance-t-il. El Otmani enchaîne avec une longue analyse sur la nature de l’État ainsi que la place et la responsabilité de l’individu.

Daoudi, en sauveur
À ce moment de la soirée, son discours est inaudible auprès de l’assistance, il se transforme en monologue. Survient le sauveur de la soirée, en la personne de Lahcen Daoudi, toujours ministre des Affaires générales et de la gouvernance. Les visages s’illuminent. La soirée risque de devenir intéressante. Daoudi se présente habillé d’un kamis (habit traditionnel). Il prend place à côté du chef de gouvernement. Le ministre démissionnaire enchaîne les blagues avec les journalistes. Daoudi taquine El Khalfi sur ses origines doukkalies. Les regards se tournent désormais vers le ministre des Affaires générales. Au coeur des questions, le plafonnement et la compensation. Et le bilan de mi-mandat ? Otmani reprend la parole: «Nous allons vous envoyer une synthèse du bilan pour mieux mesurer notre action durant ces deux ans et demi», suggère- t-il. Les journalistes acquiescent, sans conviction. Et si le problème du bilan était celui du fond et non de la forme ? À méditer.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages