A lire aussi

22-08-2019 14:00

Hydrogène: Le Maroc dans les starting blocks

Le rapport de l’AIE montre qu’une action internationale peut significativement augmenter l’usage de…
Rejoignez nous sur :
Maroc

C'est "LE" dossier chaud du moment et tant qu'il n'a pas été bouclé, la mobilisation est à son comble pour y trouver une issue. Il s'agit de l'affaire des enseignants contractuels.

Ce mercredi, le gouvernement tenait sa réunion au sommet afin d'examiner le dossier des professeurs des académies régionales d'éducation et de formation, à la lumière des récents développements.

Une réunion à l'issue de laquelle, les partis de la majorité ont diffusé un communiqué dans laquelle ils saluent "l'approche adoptée par le gouvernement dans la gestion de ce dossier". Cette démarche, ajoute le communiqué, a reposé sur "la responsabilité, l'écoute, la communication et le dialogue, ainsi que l'interaction rapide avec les propositions et les demandes légitimes visant à améliorer le statut professionnel de ces professeurs".

De même, les partis ont loué les "efforts déployés par le gouvernement et les mesures qu'il a prises pour inclure les modifications nécessaires au statut des professeurs des AREF, qui sont des institutions publiques de caractère moral indépendants financièrement, et habilitées à disposer d'un système fondamental de ressources humaines". Un bon point est aussi donné par les formations politique formant le gouvernement aux "amendements qui ont amené les professeurs de ces académies à bénéficier, dans le cadre du recrutement régional, d'un statut similaire à celui des enseignants soumis à la réglementation du personnel du secteur de l'éducation nationale, assurant leur stabilité professionnelle et leur sécurité d'emploi".

Le communiqué estime que "l'option de l'emploi régional est un choix stratégique pour notre pays, qui s'inscrit dans le cadre de la poursuite des grandes réformes institutionnelles du pays, notamment la mise en place d'une régionalisation avancé", l'activation de la charte de décentralisation, l'amélioration de l'offre d'écoles publiques et la réalisation de l'équité et de l'égalité des chances dans la fourniture de services publics dans les différentes régions du royaume".

Les partis soulignent la nécessité de garantir la mise à disposition de ressources humaines suffisantes et des conditions propices à l'amélioration de l'éducation dans les zones rurales et isolées afin de réaliser la justice universelle ; et demandent au gouvernement -dont ils forment l'ossature- d'adhérer irréversiblement à cette option stratégique. A cet égard, les partis demandent l'extension de cette procédure à d'autres secteurs vitaux, en particulier ceux privés de ressources humaines.

Le communiqué appelle les cadres qui s’absentent de leur travail à privilégier la voix de la sagesse, de la raison et de la conscience professionnelle et à préférer l'intérêt des élèves et des étudiants et l'intérêt suprême de la patrie. Il appelle le gouvernement à continuer à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la continuité du service éducatif public pour garantir le droit à l'éducation, qui est un droit constitutionnel inaliénable, en permettant aux élèves de terminer leurs cours dans les délais impartis.

Les partis appellent au final le gouvernement à faire plus attention à assurer l'exercice des droits et libertés garantis constitutionnellement et juridiquement et à lutter contre tous les abus visant à porter atteinte à la sécurité publique.           

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages