A lire aussi

27-05-2019 00:19

Zamalek remporte la Coupe de la CAF

Le Zamalek d'Égypte a remporté la Coupe de la Confédération africaine de football, après sa…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Kénitra fête, du 27 au 31 mars, les fruits rouges. La région fait partie du plus grand bassin de production de fruits rouges, lesquels occupent une superficie de 4.329 ha dont 2.633 ha de fraisiers, 1036 ha de myrtilles, 620 ha de framboisiers et 40 ha de baies de goji.

Et de trois pour le festival national des fruits rouges. Cette édition organisée à Kénitra du 27 au 31 mars sous le thème «Filière des fruits rouges, levier de promotion de l’emploi et du développement rural» a pour ambition de créer un espace de promotion et d’investissements pour la filière, développer la communication et les partenariats entre les différents producteurs, fournisseurs, exportateurs marocains et étrangers ainsi que découvrir les nouvelles techniques mises au point pour l’amélioration de la productivité et de la qualité des fruits rouges. Le choix de Kénitra n’est pas fortuit. Kénitra qui abrite le festival des fruits rouges en alternance avec Larache fait partie du plus grand bassin de production de fruits rouges, qui occupent dans la Région Rabat-Salé-Kénitra une superficie de 4.329 ha dont 2.633 ha de fraisiers, 1036 ha de myrtilles, 620 ha de framboisiers et 40 ha de baies de goji. La production totale des fruits rouges dans cette province est de 127.350 tonnes annuellement (65% de la production nationale)

 Les marchés à l’export diversifiés
Aujourd’hui, nul ne peut douter du développement de cette filière qui constitue un fleuron de la zone Nord du Maroc dont les périmètres du Loukkos et du Gharb concentrent 88% de la production nationale. D’ailleurs, la superficie totale des fruits rouges au niveau national s’est considérablement améliorée en passant d’environ 3.035 ha en 2009-2010 à 8.400 ha en 2018-2019, soit une croissance de 176%. La production suit la même tendance en passant de 107.000 T en 2009-2010 à 197.000 T estimées en 2018-2019 soit une augmentation de 84%. Cette évolution s’explique par une demande étrangère en croissance. En effet, les exportations de fruits rouges ont fait état d’une expansion importante et sont passées de 66.332 T en 2010-2011 à 115 442 T en 2017-2018. Au niveau des trois principales zones de production, en l’occurrence le Gharb, le Loukkos et le Souss Massa, le volume exporté des fruits rouges représente en moyenne 60 à 70% de la production totale de fraises, 90 à 95% des framboises et plus de 95% des myrtilles. D’après le ministère de l’Agriculture, les marchés d’exportation sont très diversifiés avec 41 pays destinataires sur les cinq continents mais la destination principale reste l’Union européenne. «Au titre de la campagne 2017-2018, les exportations sont destinées à hauteur de 90% aux marchés européens, 5% pour l’Asie, 1,5% pour les pays du Golfe et 4,5% pour les pays de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA), d’Afrique, d’Amérique du Sud, des pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) et l’Océanie», indique- t-on. Dans ce sillage, il est à noter que la fraise vole la vedette. En témoigne la superficie dédiée à cette culture qui a connu une augmentation pour atteindre au cours de la campagne agricole 2018/2019 environ 3.500 ha dont 79% sont localisés au niveau de la région de Tanger-Tétouan- Al Hoceïma (Loukkos).

10,4 millions de journées de travail
Le nombre total des exploitations agricoles de fraisiers est de 593 avec une superficie qui varie de 0,2 à 70 ha. Quant à la production des fraises, elle a atteint au cours de la campagne 2018-2019, 140.000 T, dont presque la moitié est destinée à l’exportation à l’état frais ou surgelé. S’agissant de la framboise, au cours de la campagne 2018-2019, elle s’est distinguée par une superficie globale qui s’est élevée à 2.400 Ha se traduisant ainsi par une production d’environ 21.890 T destinée essentiellement à l’exportation. Quant à la culture des myrtilles, elle a occupé une superficie de 2.300 Ha et a généré une production de près de 19.655 T. Sur un autre registre, il est à souligner l’importance du rôle socio-économique de la filière qui génère, en effet, près de 10,4 millions de journées de travail dont environ 51% au niveau de la Région Rabat-Salé-Kénitra. Sachant que celle-ci draine annuellement un chiffre d’affaires national estimé à 3,76 MMDH, dont 3,3 MMDH par l’export (88%). Ce n’est pas tout. Sur le plan économique, les exportations de fruits rouges en frais et surgelés/ congelés représentent une source de devises pour le pays avec une moyenne de plus de 3,4 MMDH par an.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages