A lire aussi

16-08-2019 08:30

Météo: le temps qu'il fera ce vendredi

Voici les prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 16 août 2019, établies par la…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Si le taux d’application des accords bilatéraux est jugé «satisfaisant» et que les flux entre les deux pays a doublé en un an, les décideurs veulent aller plus loin en misant sur l’énergie.

Les travaux de la 7e session de la Commission mixte maroco-russe de coopération économique, scientifique et technique, a été l'occasion de discuter des moyens susceptibles de donner un nouvel élan au partenariat stratégique entre les deux pays.

Durant cette rencontre, le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani et le ministre russe de l'Agriculture, Dimitri Patrouchev, qui a mené la délégation russe ont évoqué les perspectives d'élargir et de consolider la coopération bilatérale dans nombre de secteurs stratégiques tels que la recherche scientifique, les technologies développées, la pêche maritime, l'agriculture, l'industrie et les énergies, a précisé le département du chef du gouvernement. Les importations marocaines en provenance de Russie sont essentiellement constituées de pétrole (environ 60%), de fer, du souffre, de produits chimiques, de bois, de papier et carton, machines et appareils divers. Quant aux exportations marocaines vers la Russie, elles sont constituées principalement d’agrumes, de légumes, de la farine de poissons, de tissus de fibres synthétiques et artificiel, du liège et du minerai de zinc.

Cependant, le Maroc reste déficitaire dans sa balance commerciale avec la Russie. L’exploration d’autres créneaux dans le marché russe en vue d’atténuer ce déficit s’avère nécessaire. Pour l’année 2017, les exportations agricoles vers la Russie ont représenté 77% des exportations marocaines globales pour un montant de 1,5 milliard de dirhams, composées à hauteur de 69% d’agrumes et à hauteur de 29% de tomates. Les importations agricoles en provenance de la Russie ont atteint la même année 1,1 million de DH, composées à 68% de blé tendre et à 28% de pulpes sèches de betteraves mais la coopération est amenée à être élargie. Gazprom, Novatek et Stroytransgaz (une entreprise de construction russe dans le domaine de l'industrie pétrolière et gazière) étudient la possibilité de participer aux projets de construction d'ouvrages logistiques et d'alimentation en gaz de zones industrielles marocaines, a indiqué ce jeudi aux médias, Dmitri Patrouchev. Des projets de création de coentreprises russo-marocaines, notamment dans les constructions mécaniques, la fabrication d'appareils électriques et de lubrifiants sont également examinés, selon lui.

Consolidation des relations
En somme, de nombreux domaines sont aujourd'hui prometteurs pour la coopération économique entre la Russie et le Maroc, a souligné le responsable. Il s'agit entre autres de la coopération en matière de transports, d'énergie et de commerce bilatéral. Ainsi, un projet d'accord entre le gouvernement russe et le gouvernement marocain sur les communications routières internationales est sur le point d'être signé.

De plus, les deux pays se préparent à signer un accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil, a révélé Dmitri Patrouchev. «Nous sommes en train de finaliser la mise au point d'un accord de coopération en matière d'utilisation de l'énergie atomique à des fins pacifiques», a fait savoir le responsable.

Pour rappel, lors la visite officielle que le premier ministre russe Dmitri Medvedev a effectuée à Rabat en octobre 2017, les deux pays ont signé 11 accords de coopération dont un relatif à «la livraison de produits militaires au Maroc». Parmi les 11 accords signés le mercredi 11 octobre 2017, on compte une convention sur l'énergie nucléaire civile établie entre le Centre national de l'énergie, des sciences et des techniques nucléaires marocain (CNESTEN) et son équivalent russe Rasatom. Cet accord porte sur le développement et «l'utilisation de l'énergie atomique à des fins pacifiques dans plusieurs domaines dont la recherche et la sécurité nucléaires». Néanmoins, cette volonté d’élargissement n’est pas synonyme d’atonie. Les ministres des Affaires étrangères des deux pays se sont en effet félicités de la dynamique positive que connaît le domaine de la coopération économique et commerciale, tout en réaffirmant l'engagement pour poursuivre conjointement les efforts de consolidation des relations maroco-russes dans le cadre du partenariat stratégique approfondi scellé en mars 2016 sous la présidence du roi Mohammed VI et du président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.

Ainsi, durant les huit premiers mois de l’année en cours, les échanges commerciaux ont doublé comparativement à la même période de l’année précédente, pour atteindre un montant de 900 millions de dollars, précisant que les échanges dans le domaine particulier de l’industrie agro-alimentaire ont connu une hausse sensible à 90 millions de dollars. Le ministre russe de l’Agriculture a ajouté que les deux pays disposent de toutes les ressources et potentialités pour approfondir les relations bilatérales et les porter à un niveau supérieur dans tous les domaines de la coopération. En vue d’approfondir les relations de coopération stratégiques, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita a jugé nécessaire d’explorer la mise en œuvre d’autres initiatives dans le domaine de l’innovation et de la haute technologie, en citant à cet effet, le projet de télémédecine du Maroc en utilisant la technologie russe. De son côté, évoquant le dialogue politique entre les deux capitales, le ministère russe des Affaires étrangères a souligné dans son communiqué «la coïncidence ou la similitude des positions des deux États sur les problèmes internationaux et régionaux clés ainsi que l'intérêt mutuel de Moscou et de Rabat pour la poursuite d'un dialogue politique de confiance, l'amélioration de la coopération multiforme destinée à assurer le bien des peuples des deux pays et la stabilité au Maghreb, au Proche-Orient, dans le bassin méditerranéen et dans le monde». La Russie accorde aussi un intérêt particulier à l'évolution du marché des graines au Maroc qui ambitionne  de promouvoir l'exportation de plusieurs produits agricoles, dont les légumes, fruits et agrumes vers la Russie. Les discussions ont également porté sur les moyens à même d'accélérer la mise en place du Corridor vert, protocole d'échange d'informations relatif à la circulation des biens et des véhicules entre le royaume et la Fédération de Russie, paraphé en mars 2016.


Une volonté royale

Bien que la coopération maroco-russe date du XVIIIe siècle et l’autorisation donnée par le Sultan Mohammed Benbdellah aux navires russes d’entrer dans les eaux et les ports marocains, la dynamique actuelle est en grande partie le fruit de la visite du roi Mohammed VI en Russie, en octobre 2002. Celle-ci a en effet donné un nouvel élan aux relations bilatérales dans tous les domaines, notamment dans les domaines des pêches maritimes, de la recherche scientifique et technique, de l’espace et des technologies de télécommunications, sans négliger la volonté des deux pays d’examiner les possibilités de coopération militaire mais l’événement saillant de la visite royale a été la signature de la déclaration sur le Partenariat stratégique entre les deux pays. Elle constitue en fait un véritable programme d’action pour le renforcement des relations bilatérales et de leur ouvrir de nouvelles et larges perspectives.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages