A lire aussi

27-05-2019 00:19

Zamalek remporte la Coupe de la CAF

Le Zamalek d'Égypte a remporté la Coupe de la Confédération africaine de football, après sa…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Le ministère délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile invite la société civile à tirer profit de son droit quant à l’accès au service de la communication audiovisuelle pour l'instauration d'un débat démocratique en faisant valoir la diversité des opinions.

Le ministre marocain délégué aux Relations avec le Parlement et la société civile, Mustapha El Khalfi, a encouragé les composantes de la société civile à profiter de leur droit à l’utilisation de la communication audiovisuelle pour manifester leurs opinions respectives. Cet appel du ministère trouve raison dans la publication de la Haute autorité de la communication et de l’audiovisuel (HACA) - en date du 7 juin 2018 - de la nouvelle décision Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) portant le numéro n° 20.18 et qui aspire à organiser l’expression plurielle des courants de pensée et d'opinion, hormis dans les périodes électorales. 

Dans le même ordre d’idées, le ministère a invité - dans un communiqué - les associations de la société civile à interagir avec ladite décision de la HACA (20.18) qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain. L’objectif étant de rendre effectif leur rôle dans la médiation, l'évaluation et le suivi des politiques publiques et le respect des exigences de la démocratie participative. La tutelle a également fait savoir qu’une campagne de sensibilisation est prévue en vue de conscientiser la société civile quant aux exigences de la décision n° 20.18 et définir ses limites. Pour le ministère, la nouvelle décision n° 20.18 est «une étape dans l'activation du droit des associations de la société civile à accéder aux services audiovisuels conformément aux règles de la justice territoriale, l’égalité des opinions et la diversité et ceci en dehors de tout monopole dans la représentativité».

La principale innovation de cette résolution décidé par le CSCA, qui remplace la Résolution 46-06 de 2006 est le passage d'un pluralisme purement politique à une multiplicité de courants de pensée et d'opinions basés sur la multiplicité des acteurs et leur droit d'exprimer leurs idées, opinions et attitudes. Pour les citoyens, ce droit leur permettra de s’informer sur les questions qui font l’actualité et d’améliorer leur sens critique dans le respect de la liberté éditoriale et de l'indépendance des opérateurs de la communication audiovisuelle.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages