A lire aussi

19-11-2019 11:39

Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France

Elle a fait de la provocation sa marque de fabrique et malgré ses nombreux dérapages et…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Redéfinir le processus à suivre pour les pourparlers est une action prioritaire pour le souverain en vue de parvenir à une solution qui s’inscrive au sein de la souveraineté pleine et entière du Maroc. Un engagement fort a été formulé par le roi pour la réalisation du modèle de développement propre aux provinces du sud.

La commémoration du 42e anniversaire de la Marche verte a été marquée par un retour aux origines historiques du nationalisme marocain au Sahara. Le roi a voulu mettre en avant que le processus historique de parachèvement de l’intégrité territoriale plonge ses racines dans la lutte pour l’indépendance du pays. Un renvoi a été fait par le chef de l’État au discours de feu Mohammed V à M’hamid El-Ghizlane. «Le discours historique de M’hamid El-Ghizlane est lourd de sens en ce qu’il marque une étape saillante dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale de notre pays et qu’il souligne une seule vérité que nul ne peut contester : la marocanité du Sahara et l’attachement du peuple marocain à sa terre», a insisté le roi pour marquer la forte vocation des liens historiques entre les rois du Maroc et les habitants des provinces du sud. L’allégeance a été toujours présente dans les rapports entre le roi et les populations du Sahara, laquelle a permis de mettre en avant l’implication des Sahraouis et de leurs représentants dans la concrétisation de l’unité de l’État. En plus de l’intégrité territoriale et la permanence de la marocanité du Sahara, l’attachement au cadre onusien est le second fondement de l’action diplomatique du Maroc, au sein d’un climat où les négociations sont gelées.

Le roi a tenu surtout à assurer que le Maroc maintient l’engagement qu’il a fait d’adhérer aux efforts déployés par le SG de l’ONU Antonio Guterres et le nouvel envoyé personnel. Pour la prochaine étape de la supervision par l’instance onusienne du processus de résolution du conflit, ce sont 4 règles qui devront primer pour la diplomatie marocaine. «Aucun règlement de l’affaire du Sahara n’est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara et en dehors de l’Initiative d’autonomie», a indiqué le roi et d'ajouter que les expériences passées «devraient permettre de méditer sur une évidence : le problème n’est pas tant de trouver une solution à cette affaire, mais plutôt d’arriver à définir le processus à suivre pour y parvenir». Le blocage rencontré pour la médiation onusienne a amené le Maroc à rappeler «le refus catégorique de tout dépassement, de toute tentative de porter atteinte aux droits légitimes du Maroc et à ses intérêts supérieurs, de toute proposition obsolète visant à écarter le plan de règlement des paramètres référentiels retenus, de l’insertion abusive d’autres sujets, lesquels sont traités par des institutions compétentes».

La régionalisation avancée comme solution
Le modèle de développement conçu pour les provinces du sud dépasse le cadre économique. «Il s’agit bien d’un modèle de société cohérent qui a pour ambition de favoriser l’épanouissement de l’individu marocain». Le roi a insisté sur le rôle de la régionalisation avancée pour stimuler les investissements vers les provinces du sud, ainsi que sur la spécificité culturelle de cette région du Maroc. «Dans ce cadre, nous irons de l’avant dans la réalisation du modèle de développement propre à ces provinces, en parallèle avec la mise en œuvre de la régionalisation avancée, ce qui devrait permettre aux habitants de la région d’assurer la gestion démocratique de leurs affaires et de contribuer au développement de leur région». La balle est donc dans le camp du gouvernement et des conseils régionaux en vue d’accélérer l’adaptation aux nouvelles lois et règlements qui sont entrés en vigueur durant cette année 2017, en attendant d’instituer le Fonds de solidarité entre les régions. Il est à rappeler que le bilan d’étape des projets lancés depuis 2016 indique que sur les 77 MMDH consacrés aux programmes, ce sont 139 projets qui ont été lancés pour une enveloppe de 39,1 MMDH. Si le taux d’exécution des projets sociaux a atteint 52%, des seuils satisfaisants ont été constatés pour les projets économiques, d’aménagement du territoire et d’infrastructures. Le roi a aussi appelé à garder l’esprit de mobilisation qui a toujours marqué l’attitude des Marocains envers le parachèvement de l’intégrité territoriale. L’enjeu est de permettre au consensus qui existe autour de cette question de se renouveler de manière continue autour des valeurs qui sous-entendent la mise en œuvre de la régionalisation avancée.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages