A lire aussi

12-09-2019 14:04

Agadir. Les restaurateurs ont le moral en berne

Selon l’association des patrons de restaurants à vocation touristique, l’attractivité de la zone…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Dans le cadre de la 9e édition du Salon du cheval d’El Jadida, la Société royale d’encouragement du cheval a organisé «La journée Sorec» ce mercredi 12 octobre, sous le slogan «Pour valoriser les traditions».

Plusieurs activités étaient au programme, notamment des présentations des races de chevaux et des démonstrations. Abdelaziz Bezioui, le chef de département de la promotion au sein de la Sorec, a indiqué que la société royale prend en charge toutes les étapes de l’élevage pour valoriser les différentes races des chevaux aux niveaux national et international.

Mia Benjelloun, la responsable business-développement a affirmé, elle, que «la journée Sorec met en valeur les arts équestres en premier lieu, tout en valorisant la longévité du cheval barbe, une race emblématique du Maroc et idéale pour les activités sportives, notamment l’équitation, l’endurance et les randonnées équestres».

Rappelons que la 9e édition du Salon du cheval d’El Jadida met en avant les meilleures sorbas de toutes les régions du Maroc. Cet intérêt grandissant, dont jouit la tbourida est en phase avec son importance en tant que patrimoine culturel commun de tous les Marocains, mais également comme secteur qui pèse de plus en plus dans l’économie nationale et dans le domaine social.

Selon un document de présentation de l’Association du Salon du cheval, la tbourida représente, en effet, la principale composante de la filière équine, avec plus de 1.000 sorbas et quelque 1.200 chevaux.

Rappelons que la Sorec est une société créée en 2003 sous la  tutelle du ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime. Elle a notamment pour mission l’encadrement de l’élevage et l’amélioration de la race chevaline dans les haras nationaux, l’organisation des courses hippiques dans les hippodromes, ainsi que la réalisation et l’exploitation d’infrastructures hippiques.

Il est à noter que cette filière équine englobe un effectif de 10.000 chevaux, avec une croissance de 50% depuis 2012 du nombre de chevaux à barbe recensés  par la Sorec. Sur le volet économique, la filière compte 30.000 emplois et contribue à 0.61% du PIB national.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages