A lire aussi

17-10-2017 21:00

Domaine privé de l’État : Les parlementaires sur les traces de la Cour des comptes

Un projet de texte en première lecture imposant une nouvelle définition à ce type de biens, lui…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a demandé, ce jeudi 9 avril, la libération de Hicham Mansouri, à l'origine de l'Association marocaine du journalisme d’investigation et condamné à 10 mois de prison pour complicité d'adultère.

Arrêté et mis en prison il y a dix jours pour complicité d'adultère, Hicham Mansouri peut compter sur le soutien du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM). Ce dernier a réclamé, ce jeudi 9 avril, la libération du journaliste qui a ainsi été condamné à 10 mois de prison.

«Nous demandons la libération de Hicham Mansouri et l'ouverture d'une enquête dans cette affaire», a déclaré le président du SNPM, Abdellah El Bakkali, lors d'une conférence de presse.

La semaine dernière, le SNPM estimait déjà que «tous les indices portent à croire que le jugement a été injuste et entaché d'irrégularités».

En effet, explique l'Association marocaine du journalisme d’investigation, Hicham Mansouri a été arrêté le 17 mars à son domicile, à Rabat, lors d'une opération menée par «dix agents de police en civil sans qu'il soit présenté un mandat d'arrêt». Une version des faits que nie catégoriquement la préfecture de police de Rabat. Elle assure que l'interpellation s'est «déroulée en total respect des dispositions judiciaires régissant les perquisitions des domiciles, et après avoir communiqué aux deux prévenus tous leurs droits».

Une grève de la faim

La préfecture de police de Rabat soutient mordicus que Hicham Mansouri a été appréhendé «en flagrant délit de préparation d'un local pour la prostitution et participation à un adultère avec une femme mariée». Selon la loi marocaine, les relations sexuelles hors mariage sont passibles de peines allant d'un mois à un an de prison. L'adultère peut faire l'objet de peine allant jusqu'à deux ans de prison.

Selon son comité de soutien, Hicham Mansouri a entamé mardi une grève de la faim illimitée pour protester contre sa condamnation.

Outre le SNPM, Reporters sans frontières (RSF) a également «condamné fermement l'arrestation et la condamnation arbitraire de Hicham Mansouri» et demandé «sa libération immédiate et inconditionnelle».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages