A lire aussi

16-04-2018 13:25

Le groupe ISCAE organise son premier «Model United Nations»

L'ISCAE a organisé, du 30 mars au 1er avril, sa première édition de Model United Nations (MUN), en…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Weekend

 

Un projet de loi visant à la réorganisation du Centre cinématographique marocain (CCM) vient d’être approuvé, et la loi 20.99 relative à l’organisation du CCM a été modifiée en vue de promouvoir l'industrie cinématographique nationale.

Un souffle nouveau semble porter le Centre cinématographique marocain. Un projet de loi vient remplacer une loi vieille de 40 ans qui n’a pas fait ses preuves. Selon le CCM, il s’agit d’octroyer à l'institution de larges compétences en vue de promouvoir l'industrie cinématographique et de développer ses diverses activités. «Le centre espère, à travers ce nouveau texte, se doter de mécanismes en mesure de faire bouger l'économie cinématographique, de créer des opportunités d'emploi, d'encourager la créativité et de promouvoir et d’enrichir l'identité culturelle marocaine», explique le communiqué. «Cette nouvelle loi vise à donner un souffle nouveau au cinéma marocain à travers la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles audacieuses portant sur des sujets divers et d'un niveau technique répondant aux normes internationales», précise le communiqué, ajoutant que «la loi vise à permettre au CCM, en tant qu'institution responsable, de jouer les premiers rôles dans la régulation, le contrôle et le renforcement du secteur dans un cadre de bonne gouvernance et de transparence».

Les changements concernent l’article 7 contenu dans la loi relative à l’industrie cinématographique en vue de permettre aux sociétés de production d'obtenir des autorisations de tournage de productions audiovisuelles afin de combler le vide juridique constaté à ce niveau, dans l'attente de la nouvelle loi relative à l'industrie cinématographique élaborée dans le cadre d'une approche participative qui devrait voir le jour en 2018.

Ces changements dans l'arsenal juridique sont «en harmonie avec les évolutions que connaît le secteur cinématographique et celui de l'audiovisuel à la fois au niveau local et international», estime le CCM, notant avoir élaboré conjointement avec le département de la communication au ministère de la Culture et de communication «une politique visant à développer les différentes composantes du secteur cinématographique qui est un secteur vital et actif». Selon le CCM, il devenait impératif de revoir le système juridique régissant le secteur du cinéma, à travers l’adoption d’une approche participative prenant en compte les points de vue de l’ensemble des acteurs concernés. Le centre est conscient que le système comporte des failles et qu’il n’est plus en adéquation avec les nouveaux défis, avec des mesures «dépassées en raison des évolutions et l’élargissement du champs d’intervention du secteur».Les nouvelles missions du CCM consistent à contrôler les activités du secteur et accompagner son développement, promouvoir son économie, développer des films et assurer leur projection, préserver et valoriser le patrimoine cinématographique, contribuer à la formation professionnelle dans le secteur et jouer le rôle de médiation entre les différents intervenants du secteur. «Ces nouvelles dispositions traduisent l’ambition d’adopter des outils juridiques et de mise en œuvre qui permettront l’émergence d’une industrie cinématographique et audiovisuelle nationale capable de faire face aux défis à l’international et de promouvoir l’identité culturelle marocaine».  

CAM SIAM

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages