A lire aussi

16-09-2019 15:09

CIH Bank. Le grand oral de Lotfi Sekkat

Rodé à cet exercice, l’ancien directeur général adjoint, Lotfi Sekkat devenu, il y a quelques mois,…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Weekend

La douce actrice franco-marocaine vit une belle aventure cinématographique. Depuis quelques mois, elle est plongée dans le décor paradisiaque de Cape Town (Afrique du Sud) pour les besoins de la série «The Last Post», réalisée par Jonny Campbell. Elle y joue le rôle de la jeune yéménite Yusra. Une série bientôt diffusée sur BBC One.

Incroyable épopée que celle de Ouidad Elma ! L'artiste tourne depuis des mois à Cape Town, dans une série qui promet de devenir une série événement. Dans «The Last Post», réalisée par Jonny Campbell, l’actrice franco-marocaine partage l’affiche avec Ben Miles qui a joué dans Vendetta, Black Mirror ou encore The Crown, avec Stephen Campbell Moore ou Tom Glynn-Carney. Casting de rêve pour une aventure rêvée ! «Le tournage se passe très bien. L’équipe est magnifique, Je suis chanceuse de travailler avec tous ces talentueux acteurs», confie Ouidad Elma qui campe le rôle de Yusra, jeune yéménite, qui vivra une histoire d’amour impossible entre sa patrie, sa famille et son amour.

L’histoire se déroule en 1965 à Aden (Yemen) sous le mandat britannique. Ce drame se concentre sur une unité d'agents de la police militaire royale et leurs familles à Aden qui sont confrontées à la résistance yéménite, notamment le Front de libération national. L'histoire d'un quotidien, mais aussi la tragédie d'un conflit. Yusra, le personnage campé par Ouidad Elma, vivra entre ces deux forces, l’armée britannique et le Front de libération national, déchirée entre l’occupant et l’occupé. «Je me suis surtout focalisée sur le contexte historique, les idéaux de l’époque du monde arabe, l’éveil de liberté et le besoin d’indépendance. Les histoires d’amours qui ont existé entre les camps opposés et ennemis. J’ai lu beaucoup de lettres d’archives par exemple pendant la guerre du Vietnam entre soldats américains et femmes vietnamiennes», confie la comédienne. «J’ai fait beaucoup de recherches aussi sur la situation du Yemen actuellement. C’est catastrophique ! Entre la famine, la malnutrition et la guerre incessante, des millions d’enfants sont livrés à eux-mêmes et personne n’en parle vraiment».

La comédienne joue en arabe et en anglais, un exercice pas si facile mais l’actrice s’y était préparée, accompagnée par un coach à Paris, sa ville de résidence. Une expérience qui lui permet de se surpasser. «Je suis complètement reconnaissante de vivre cette expérience. L’équipe est merveilleuse. Les montagnes, les océans, les vents très forts, il y a beaucoup d’énergie ici. Ça m’ancre et me nourrit beaucoup pour mon rôle», continue Ouidad qui avoue s’être baladée dans le coin populaire en Afrique du Sud où elle a découvert un fort déséquilibre entre les pauvres et les riches. «Le fossé est très marqué et la discrimination économique est violente. C’est révoltant, surtout qu’il y a un très grand potentiel. Développer les énergies renouvelables peut définitivement créer beaucoup d’emplois. La corruption y est très forte». Une expérience qui l’a marquée tant professionnellement qu'humainement. «Quelques jours après mon arrivée en Afrique du Sud, il y avait la supermoon du 14 novembre. Nous étions, tous là à la contempler perdus dans le désert. C’était un moment magique. J’ai rencontré aussi des personnes merveilleuses. Quel cadeau !». Une nouvelle idylle qui, à coup sûr, transparaîtra dans le rôle. Les six épisodes de la saison 1 de «The Last Pot» seront diffusés prochainement sur BBC One. À découvrir !

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages