A lire aussi

17-09-2019 16:15

Bata signe son retour au Maroc

 Bata, le fabricant mondial de la chaussure, revient sur le marché marocain afin d'offrir aux…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / PME

ReKrute vient de réaliser une enquête d’envergure sur le niveau des salaires au Maroc. Elle passe au crible les niveaux de salaire de la population active et met l’accent sur l’évolution des salaires entre 2014 et 2015. Le point en exclusivité sur les principaux enseignements de l’étude.

Rekrute fait le point sur les niveaux de salaires. Dans le cadre d’une étude réalisée à cet effet, ReKrute revient sur les différents paliers de salaires qui régissent aujourd’hui le marché de l’emploi. Les chiffres donnent une réelle photographie des salaires de la population active marocaine, données qui sont en temps normal très difficiles à trouver. L’enquête a été réalisée sur un échantillon de 1.287 personnes. Près de 51% des répondants ont entre 26 et 35 ans avec une majorité masculine (64% pour les hommes contre 36% de femmes).

Il est à noter également que 53% des répondants sont cadres et 41% des employés. 18% des interrogés déclarent avoir un salaire compris entre 4.000DH et 6.000DH net/mois, 15% touchent entre 6.000DH et 8.000DH net/mois puis en dernière position se trouve la fourchette des 10.000DH et 15.000DH net/mois. L’enquête met aussi l’accent sur l’évolution des salaires entre 2014 et 2015 : il en ressort que 37% de Marocains ont eu une augmentation de salaire entre 2014 et 2015, 48% ont vu leur salaire augmenter de 0% à 4%. 28% de Marocains (parmi la population ayant connu une augmentation entre 2014 et 2015) se sont vus augmenter leur salaire d’un taux compris entre 5% et 9%. Parmi la population qui a eu une augmentation de salaire entre 2014 et 2015, 12% ont connu une augmentation entre 10% et 14%. Cela démontre très clairement que malgré une activité économique très instable, les salaires ont connu une évolution positive.

Critères d’âge et de sexe ?
La catégorie considérée comme étant la plus active (26-35 ans) est celle qui connaît le plus de diversité au niveau des salaires : elle compte aussi bien des salaires élevés que des salaires moyens, sans pour autant connaître des disparités salariales prononcées. La majorité des personnes dans cet intervalle perçoit des salaires dans la moyenne : rares sont les personnes qui ont un salaire de 25.000DH net/mois ou plus dans cette catégorie d’âge. 56% des Marocains qui perçoivent entre 25.000DH et 35.000DH net/mois ont entre 36 et 45 ans. 50% des répondants ayant un salaire de plus de 40.000DH net/mois ont entre 36 et 45 ans puis enfin, 29% des personnes percevant un salaire de plus de 40.000 DH net/mois ont entre 46 et 55 ans. Ces chiffres poussent à croire que l’âge est une variable prise en compte dans la rémunération, car il est souvent synonyme d’expérience.

Les personnes les plus âgées se voient donc percevoir un salaire plus important que les plus jeunes. Cependant, passé 45 ans, les salaires commencent à chuter. Donc au-delà de cet âge, la popularité sur le marché de l’emploi régresse, ce qui est forcément dû à la baisse de productivité. Seulement 1% des femmes perçoivent un salaire compris entre 30.000DH et 40.000DH net/mois, alors que 4,5% des hommes ont un salaire dans cet intervalle. 4% des Marocains percevant un salaire entre 25.000DH et 30.000DH net/mois sont des hommes, contre seulement 2% de femmes. On remarque que les inégalités entre hommes et femmes quand il s’agit de rémunération sont toujours présentes. Malgré l’évolution de la société et des mentalités, l’équité ne semble toujours pas être un sujet d’actualité.

Salaire et niveau d’études
16% des Marocains ayant effectué toutes leurs études à l’étranger perçoivent un salaire supérieur à 40.000 DH net/mois ; 16% ont un salaire compris entre 20.000 et 25.000DH net/mois. 21% des Marocains ayant effectué leurs études au Maroc puis à l’étranger perçoivent un salaire qui se situe entre 15.000DH et 20.000DH net/mois, 18% ont un salaire entre 10.000DH et 15.000DH net/mois, et 18% perçoivent un salaire entre 8.000DH et 10.000DH net/mois. 


 

Philippe Montant
Dg de ReKrute

Les Inspirations ÉCO : Les inégalités salariales vous semblent-elles alarmantes ?
Philippe Montant : Il est vrai que l’écart se réduit peu à peu mais les femmes sont encore beaucoup lésées au niveau du salaire comparées à leurs homologues masculins. Cette situation est constatée un peu partout à travers le monde ; en France par exemple, cette inégalité suscite encore l’engagement de plusieurs acteurs sociaux qui œuvrent pour réduire cet écart. Le Maroc aussi est en bonne voie. De plus en plus de femmes ont des postes à haute responsabilité au sein de grands groupes.

D’après les résultats de l’enquête, y a-t-il une progression des salaires ?
L’enquête a pris en compte les données sur les salaires sur les années 2014 et 2015, cela nous donne une vision à court terme de l’évolution des salaires. Malgré une activité économique fortement impactée par la crise européenne, les salaires ont connu une hausse. Les répondants ont confirmé avoir bénéficié d’augmentations au sein de leurs entreprises.

L’intégration d’un grand groupe garantit-elle une évolution de carrière et de rémunération ?
Le poids et les moyens de l’entreprise ont un impact direct sur la rémunération de ses employés. Ainsi, 45% des personnes percevant moins de 4.000DH net/mois travaillent dans une TPE. 33% des Marocains percevant entre 10.000DH et 15.000DH net/mois travaillent dans une PME. 30% des répondants percevant entre 25.000DH et 30.000DH net/mois travaillent dans une GE. 46% des personnes percevant plus de 40.000DH net/mois travaillent dans une TGE. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages