A lire aussi

11-11-2019 15:54

Paiement mobile: Comment protéger ses données ?

Le paiement mobile, cette nouvelle opportunité technologique qui permet à nos smartphones de…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Épargne & Invest

L’année 2015 était pavée d’embuches pour le marché boursier, suite à une baisse de performance liée à la conjoncture macroéconomique et une série d’événements liés à certaines sociétés cotées.

En 2015, le marché a renoué avec la tendance baissière, après la performance positive constatée en 2014, qui avait interrompu un cycle de trois années de baisse consécutives. Cette tendance reflète une situation macroéconomique difficile qui s’est traduit par une révision progressive à la baisse des prévisions de croissance mondiale chez nos principaux partenaires de la zone euro et d’une série d’évènements liés à certaines sociétés de la place. En particulier l’affaire CGI, Samir, Alliances, l’annonce de plans de restructuration par certaines sociétés immobilières, à l’image d’Addoha. Cet ensemble ayant conduit à l’installation d’un climat de défiance généralisée vis-à-vis du secteur immobilier, puis du marché plus généralement. Ainsi, ce dernier a décroché, évaporant l’ensemble de ses gains du début d’année 2015, dès le mois de mai et a atteint des niveaux très bas sur le premier semestre de 2015.

Après un timide rebond sur la deuxième moitié du mois de juin et sur le mois de juillet et août, le marché a repris son trend baissier, impacté par l’annonce de l’arrêt par Samir de sa production suite à d’importantes difficultés financières, l’impact potentiel de cette situation sur le coût du risque du secteur bancaire, l’accentuation des risques de dégradation des perspectives économiques, ainsi que des résultats semestriels une nouvelle fois inférieurs aux anticipations du marché - 30% mais - 2% hors Samir et Alliances Développement Immobilier, d’après l’analyse du marché de CFG Research. Cet ensemble annonce de mauvaises perspectives d'un point de vue global et macroéconomique, pour l’année 2016, et des perspectives à tendance baissière pour le marché boursier national. Toutefois, dans une configuration de placement, certaines valeurs restent attractives. Elles bénéficient de bons fondamentaux et d’assises financières solides qui leur permettent de résister aux différents aléas macro-économique et boursiers.

Taqa Morocco
une valeur de rendement

Au regard des analystes de la place, Taqa Morocco représente la valeur de rendement par excellence. En effet, le spécialiste de l’électricité continue de chouchouter ses actionnaires année après année avec la hausse des dividendes distribués. Déjà pour l’exercice 2015, le Conseil d’administration de Taqa Morocco proposera à la prochaine assemblée générale ordinaire la distribution d’un dividende de 30DH par action contre 22DH en 2014.

Sur la place casablancaise, le titre Taqa Morocco poursuit son embellie et son évolution sur un trend haussier. En effet, la valeur se profile sur un trend haussier et ceci depuis le début de l’année, passant ainsi d’un cours de 572,10DH à 605DH à l’heure où nous mettions sous presse (mercredi dernier), affichant une performance boursière de 5,95%. Au final, pour ce qui est de ses agrégats financiers, Taqa Morocco affiche des résultats en hausse avec un résultat net consolidé qui s’améliore de 21,8% à 1,291MMDH, pour un chiffre d’affaires consolidé de 8,8MMDH, en hausse de 19,9% par rapport à l’exercice 2014.

Côté perspectives, celles-ci s’avèrent rassurantes avec notamment la signature d’un protocole d’accord avec l’ONEE, visant l’alignement de la durée de la concession de JLEC 1 à 4 avec celle de JLEC 5 & 6 et un autre protocole d’accord tout récemment avec le Russe «JSC Suek», portant sur la fourniture de charbon à vapeur. En termes de perspectives toujours, la filiale marocaine du géant émirati Taqa a l’intention de lancer, à Tanger, une centrale éolienne d’une capacité de 140MW. On peut dire que Taqa représente une valeur défensive par nature pour un placement sans risque.

HPS
une croissance attendue pour l’entreprise

Au vu des perspectives du spécialiste des solutions IT, HPS, dont notamment la consolidation de ses parts de marchés aux États-Unis et son renforcement dans de nouveaux marchés, on peut dire que ce dernier représente l’une des valeurs à croissance des plus attractives de la place casablancaise. En termes de dividendes, l’entreprise fait ressortir une progression du rendement d’année en année, malgré le fait que le groupe ait toujours eu une politique de distribution de la moitié du résultat net. Ainsi, sur les quatre dernières années, les dividendes ont pu augmenter, en corrélation avec la hausse du résultat net. Déjà, en 2012, l’entreprise avait distribué 15DH par action, un dividende qui s’est maintenu en 2013 avant de progresser en 2014 de 3DH à 17DH par action, tout en maintenant le taux de distribution à 50% du résultat net, du fait que le groupe est dans une phase de croissance et d’investissement. Pour ce qui est du comportement boursier de la valeur, celle-ci poursuit sa tendance haussière depuis le début de l’année en cours, pour afficher une performance avoisinant les 11% à l’heure où nous mettions sous presse. Ainsi, le cours de HPS est passé de 488DH en date du premier janvier de l’année 2015 à 545DH.

Maroc Telecom
une valeur à détenir

Opérateur historique national et premier opérateur télécom au Maroc sur l’ensemble des segments du marché (Mobile, fixe et internet), d’après les analystes de CFG Research, Maroc Telecom est sans nul doute un titre qu’il faut détenir dans son portefeuille, suite à sa politique de distribution de dividendes (100% du résultat net) et à ses solides fondamentaux, sans négliger sans fort potentiel de croissance externe suite à l’acquisition de la totalité de ses filiales africaines et une stratégie de développement en Afrique subsaharienne. Les analystes de CFG recommandent de conserver la valeur IAM avec un objectif de cours de 128DH pour une hausse potentielle de 9% sur la base d’un cours de 117,5DH pour un profil relativement défensif avec un Dividen Yield de près de 5,3% au cours de l’année 2016 et des prochaines années.

BCP
l’une des valeurs bancaires les plus attractives

La BCP affiche un niveau de rentabilité légèrement supérieur à la moyenne du secteur, avec un ROE en 2015 de 9,8% contre une moyenne de 8,3% pour le secteur et un ROA de 1% contre 0,9% pour le secteur. Le groupe a entamé sa stratégie d’expansion à l’international en 2012 à travers l’acquisition d’Atlantic Financial Group.Il est aujourd’hui présent dans 7 pays d’Afrique de l’Ouest qui représentent près de 15% du résultat net consolidé. BCP opère sur tous les segments du marché, ce qui la rend présente dans quasiment toutes les activités bancaires. En termes d’agrégats financiers, le groupe bancaire bénéficie de bonnes assises financières et de résultats en nette hausse en 2015 avec un produit net bancaire en progression de 4% à 15,3MMDH et un résultat net consolidé qui s’est hissé de 6,1% à 1,8MMDH. Pour ce qui est du cours de la valeur, celle-ci a pu passer, depuis le début de l’année, d’un cours de 215DH, à 217DH à l’heure où nous mettions sous presse (31/03/2016). La majorité des analystes de la place recommandent de conserver la valeur BCP.

Addoha
un placement pour un horizon long terme

Malgré les difficultés que connaît le secteur de l’immobilier actuellement, on peut miser sur des valeurs qui peuvent représenter un bon placement sur le long terme, suite à une amélioration du secteur en général, à l’image de la valeur Addoha. Déjà, en janvier 2015, le promoteur a lancé son plan stratégique «Plan Génération Cash» qui repose sur les piliers suivants, génération de cash à travers la liquidation des stocks d'invendus et la réduction des créances clients, réduction de la production et des investissements dans l’acquisition de foncier, lancement de la commercialisation de tranches seulement si les tranches précédentes ont été commercialisées. Ce plan de restructuration permettra au spécialiste immobilier de renforcer ses assises financières. La valeur traite actuellement à des niveaux de valorisation avec un Dividend Yield de 7,6% en 2015 et 8,9% en 2016.

Saham Assurance
des fondamentaux solides

Le Conseil d’administration a décidé de proposer à l’Assemblée générale ordinaire convoquée pour le 17 mai 2016, la distribution au titre de l’exercice 2015 d’un dividende de 40DH par action, soit une augmentation de 11% par rapport à l’exercice précédent, chose qui traduit la bonne santé du spécialiste de l’assurance. Saham Assurance est une valeur parmi les plus solides de son secteur et du marché plus généralement. D’ailleurs, les analystes de CDM Capital recommandent la valeur à l’achat et tablent sur un cours cible de 1.243DH, ce qui représente une décote de 22% par rapport au cours de l’action de 969,90DH, le 30 mars 2016. Côté perspectives, les analystes que nous avons contactés tablent sur une progression annuelle moyenne de 8,9% de la Branche «Vie» de Saham Assurance, sur l’horizon 2016-2020. À terme, la part de marché «Vie» de la compagnie d’assurance devrait s’élever à 5,4%, d’après CDM Capital, suite au développement attendu du groupe dans l’activité «Bancassurance» avec le Crédit du Maroc.

Colorado
une valeur défensive

Dans le cadre d’une stratégie prudente, il est convenable de se focaliser sur des valeurs défensives et offrant des rendements en dividendes élevés (supérieurs à la moyenne du marché), à l’image de Colorado. De plus, tenant compte d’un taux de distribution de 100% contre 140% durant les deux dernières années, le rendement en dividendes s’élève à 7,1% et 9,6% pour respectivement les années 2015 et 2016. Au regard du résultat net qui s'apprécie de 11% à 52,5MDH, soit une marge nette de 9,8% contre 8,6% une année auparavant. Le Conseil d'administration compte proposer lors de la prochaine AGO, la distribution d'un dividende ordinaire de 3DH par action et d'un dividende exceptionnel de 1,25DH par action au titre de l'exercice 2015 contre 5,50DH par action en 2014. Malgré la légère baisse de la distribution de dividende, l’entreprise dispose d’une structure bilancielle saine et d’un faible taux d’endettement, la société pourrait envisager une progression importante des dividendes distribués sur les années à venir.

Ciments du Maroc
Bonne tenue malgré la conjoncture sectorielle

Ciments du Maroc est le second opérateur cimentier marocain avec une production de 3,3 MT avec 23,8% de parts de marché. Ciments du Maroc a réalisé un chiffre d’affaires de 3,7MMDH, en hausse de 8,5% en 2015. Le résultat net a connu une progression de 34,5% à 813MDH. Le conseil a décidé de proposer à l’Assemblée générale, prévue le 29 mars 2016, la distribution d’un dividende de 55DH par action, au titre de l’exercice 2015, correspondant à une augmentation de l’ordre de 10% par rapport à l’exercice 2014 (50DH), ce qui traduit la situation confortable du spécialiste cimentier et sa capacité à croître dans une situation sectoriele difficile. Le groupe affiche de bonnes perspectives devant lui, spécialement en termes de croissance dans les pays d’Afrique subsaharienne où il est présent. Sur la place casablancaise, le titre de la filiale d’Italcementi Group est passé d’un cours de 1.060DH à 1.188DH, à l’heure où nous mettions sous presse, soit une performance de 15,90%. Concernant la valorisation du titre, celui-ci fait ressortir un Dividen Yield de 5,37% et un pay out de 73,76%. Ciments du Maroc est sans aucun doute un titre qu’il faut avoir en 2016 dans son portefeuille. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages