A lire aussi

21-10-2019 12:41

Sahara : Bilan de la 4e commission de l’Assemblée générale de l’ONU

Les délibérations de la 4e Commission de l'ONU ont été l’occasion pour les différents intervenants…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Épargne & Invest

Le rapport 2015 de l’ANRT fait état de l’amélioration des différents indicateurs avec une performance marquée sur les segments mobiles et Internet. Les noms de domaine «.ma» affichent une croissance de 8,6% sur l’année.

Les chiffres du marché des télécommunications ont été dévoilés hier par l'ANRT. Ainsi, le quatrième trimestre de 2015 a permis une lecture plus claire des trends prix et consommation. Il ressort donc du rapport une baisse annuelle de 16% des prix des communications mobiles. La mesure se fait sur la base du revenu moyen par minute (ARPM) qui a atteint 0,27 DH HT/min à fin 2015 contre 0,32 DH HT/min à fin 2014. La baisse des prix est de 76% par rapport à la même période de 2010. Mais si les prix des appels ont baissé, il n'en va pas de même pour ceux d'Internet. Globalement, la facture moyenne par client Internet connaît une hausse de 4%, s’établissant à 24 DH HT/mois à fin 2015 contre 23 DH HT à fin 2014. Une hausse toutefois à nuancer car la facture moyenne mensuelle de l’Internet mobile enregistre une baisse de 6% à 17 DH HT/client à fin 2015 alors que celle de l’ADSL connaît une légère hausse de 1% à 94 DH HT/ client. Pour ce qui est du fixe, l’ARPM affiche une hausse de 17%, passant de 0,78 DH HT/min à fin 2014 à 0,91 DH HT à fin 2015. 

16,60 milliards SMS en 2015
Quid de la consommation par abonné mobile? Elle a atteint 101 minutes en moyenne par client et par mois à fin 2015, soit une hausse de 10% en un an. Cette croissance s’accompagne d’une évolution du trafic sortant mobile qui augmente de 9,56% sur une année, avoisinant les 53 milliards de minutes au titre de l’année 2015. Le nombre de SMS échangés durant l’année 2015 s’élève, pour sa part, à 16,60 milliards, en baisse de 15,60% sur un an. Il en ressort une propension vers la communication vocale plutôt que textuelle qui devra se confirmer dans l'avenir. Pour ce qui est du fixe, l’usage moyen sortant mensuel par abonné a évolué de 2% sur une année, passant de 121 à 124 minutes par client et par mois entre 2014 et 2015. En revanche, le trafic voix sortant pour ce même segment a connu une baisse annuelle de l’ordre de 10,73% s’établissant à près de 3,5 milliards de minutes en 2015. Le nombre des abonnés a connu la même tendance à la baisse, de l'ordre de 3,08% durant le dernier trimestre, et annuelle de 2,35%. Résultat, à fin 2015, le Maroc comptait 43 millions d’abonnés mobiles avec un taux de pénétration de 127%. Idem pour le parc fixe qui enregistre une baisse annuelle de 10,67% et s’établit à 2,22 millions d’abonnés dont 470.344 en mobilité restreinte. Il en découle une faible évolution des parcs et des usages moyens. Quant à l'augmentation de l’ARPM Voix, il est principalement dû à la faible voire à l'absence de concurrence sur ce segment. Contrairement à cela, le parc des abonnés Internet se détache du peloton avec l’évolution la plus importante de tous les segments. Il s’établit, fin 2015, à 14,47 millions, affichant un taux de croissance annuelle de 45,16%. Le taux de pénétration a ainsi atteint 42,75%. Le parc Internet mobile marque une progression annuelle de 48,45% avec 13,34 millions d’abonnés.

ADSL: 1,13 million d’abonnés
Enfin, l'ADSL n'est pas en reste avec 1,13 million d’abonnés, soit une croissance annuelle de plus de 15%. Il ne faut pas oublier que, pour ce qui est des tarifs ADSL, le Maroc est classé au rang de pays le moins cher dans la zone arabe selon le rapport du cabinet AAG. Soit dit en passant, AAG (Arab Advisors Group) est un cabinet spécialisé dans le benchmark des tarifs du monde arabe. En effet, la facture mensuelle moyenne y afférente par abonné a enregistré une baisse de près de 32% sur la période 2010-2015. Toujours sur la courbe des croissances, les noms de domaine «.ma» ont été estimés à 59.135 à fin décembre 2015, soit une croissance de 8,6% sur une année. Ces chiffres plutôt rassurants montrent la bonne santé du secteur des télécoms au Maroc. En guise de bilan de la période 2010-2015, le rapport de l'ANRT parle d'une amélioration significative des différents indicateurs d’usage, de parcs et de prix. Une performance particulièrement remarquée dans les segments du mobile et d’Internet. Cette évolution est principalement due à la mise en place, à partir de 2010, des leviers et des mesures de régulation visant l’intensification et le renforcement de la concurrence sur les différents segments du marché. 


 

4G : le Maroc moins cher

Si l'on fait un benchmark avec les tarifs 4G du monde arabe publiés en 2015 par le cabinet AAG, pour un téléchargement d’un volume de 1 GB, le Maroc se positionne au rang de pays le moins cher. Ce qui est encore plus intéressant, c'est que ce positionnement au niveau du monde arabe se confirme également par rapport à quelques pays européens La comparaison avec certains d'entre eux montre que les tarifs prépayés du Maroc (avec des volumes plus importants) sont largement moins chers. Toujours selon AAG, les tarifs du postpayé au Maroc sont les moins chers parmi les pays arabes.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages