A lire aussi

Rejoignez nous sur :

D’après les experts, la crise diplomatique entre l’Arabie saoudite et le Qatar n’aura pas d’influence sur les cours du pétrole. Le Qatar pompe 600.000 barils par jour et représente seulement entre 2 et 3% des fournitures mondiales.

Après avoir légèrement augmenté quand l'Arabie saoudite et ses alliés ont rompu, le 5 juin, leurs relations diplomatiques avec Doha, les prix du pétrole ont reculé pour s'établir aux alentours de 48 dollars le baril le mercredi 14/06/2017. «Il y a une surabondance actuellement sur les marchés pétroliers et il est donc peu probable que la crise du Golfe conduise à un pic des prix du pétrole à court ou moyen terme», dit à l'AFP, M.R. Raghu, vice-président du Kuwait Financial Center (Markaz). Lundi 12 juin 2017, le Qatar a annoncé qu'il se conformerait à un accord Opep/Non-Opep pour réduire des quotas de production pendant encore neuf mois, afin d'absorber d'importants stocks et de rééquilibrer le marché pétrolier. La part du Qatar dans ces réductions est juste de 30.000 barils par jour. Pour rappel, le Qatar pompe 600.000 barils par jour et représente seulement entre 2 et 3% des fournitures mondiales. Son impact sur les cours du marché pétrolier reste marginal, d’après un article de la banque en ligne Boursorama.

Le petit émirat est cependant un acteur majeur dans les fournitures de GNL (approvisionnement gaz propane). Il en est le premier exportateur mondial, représentant un tiers des fournitures, principalement à l'Asie et à l'Europe. L'analyste Jean-François Seznec, associé notamment à l'Atlantic Council's Global Energy Center aux États-Unis, pense qu'il pourrait y avoir un impact indirect limité sur les prix, avait-il indiqué dans les plateaux de BFM Business. Il estime que les exportations de pétrole et de gaz du Qatar ne devraient pas être affectées de manière significative, alors que l'émirat peut contourner les pays qui lui sont hostiles, notamment via les eaux omanaises et iraniennes. Mais la voie iranienne pourrait entraîner des coûts plus élevés, notamment en matière d'assurances, qui devront être supportés par le Qatar. La majorité des quelque 80 millions de tonnes de GNL qatari est exportée par bateau, principalement vers le Japon, la Corée du Sud et l'Inde, en plus de plusieurs pays européens. Un tiers des importations britanniques de gaz vient du Qatar. Parmi les autres acheteurs européens de GNL, figurent l'Espagne et la Pologne. Les restrictions aériennes, terrestres ou maritimes imposées par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte n'ont pas affecté jusqu'ici les voies maritimes pour les navires transportant le GNL qatari à travers le détroit d'Ormuz.

L'Europe perturbée
Toute perturbation pourrait susciter la colère de l'Union européenne qui pourrait se sentir menacée par la perspective de devoir dépendre d'importations de gaz russe, d’après le même article. Le Qatar envoie également plus de 2 milliards de pieds cubes à travers un gazoduc vers les Émirats arabes unis. Une petite partie va aussi au Sultanat d'Oman. Une éventuelle escalade militaire dans le Golfe et une quelconque perturbation des fournitures de gaz qatari feraient aussitôt grimper les prix des hydrocarbures. En effet, si le conflit dégénérait en confrontation militaire, il faudrait s'attendre à un bond très important des cours, d’environ 150 dollars pour le baril de pétrole, ainsi que des prix du gaz, estime Seznec. Cette tendance serait accompagnée d'une augmentation significative des primes d'assurance. Ce scénario catastrophe inclurait des perturbations des fournitures de la plupart des pays du Golfe, dont l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut. Le Conseil de coopération du Golfe (CCG), dont l'unité a volé en éclats avec cette crise, comprend l'Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et Oman. Ces pays totalisent un cinquième des exportations mondiales de brut (13 millions de barils par jour), qui représentent plus de 80% des revenus publics des États membres du CCG. Raghu estime qu'une escalade pourrait entraîner un blocage de voies maritimes et une augmentation du coût de transbordement du gaz. Selon lui, des importateurs de GNL qatari, comme le Japon, la Corée du Sud et l'Inde pourraient être confrontés à des difficultés d'approvisionnement et chercher d'autres fournisseurs pour le long terme.


Pétrole: la hausse des stocks américains inquiète

Les prix du pétrole reprenaient leur souffle jeudi dernier (le 15/06/2017) en cours d'échanges européens, les prix ayant chuté la veille dans le sillage d'une hausse inattendue des réserves américaines qui ravive les craintes de surproduction mondiale. Ainsi, le danger sur les cours du brut viendrait des États-Unis. Hier à 11h00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 48,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de la veille (mercredi 14/06/2017). 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages