A lire aussi

22-10-2019 09:46

La violence dans les stades au centre des débats

Le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement, Hassan…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Épargne & Invest

L’épisode Volkswagen se poursuit toujours avec le lancement d’une enquête contre le constructeur automobile par trois pays différents, la France, l’Allemagne et les États-Unis. Le cours boursier de Volkswagen continue de chuter. Le cours boursier a fondu depuis l’éclatement de l’affaire.

Le parquet de Paris a annoncé, la semaine passée en date du 10 mars, l’ouverture d’une enquête pour tromperie aggravée, sur le scandale des moteurs diesel truqués des voitures Volkswagen. Le géant automobile allemand Volkswagen, est soupçonné d'avoir équipé des véhicules d'un logiciel permettant de tromper les contrôles liés à l’antipollution, rapporte le journal français La Tribune. Le code de la consommation prévoit des peines de cinq ans de prison et 600.000 euros d'amende pour tromperie aggravée, a indiqué une source judiciaire à Reuters. Cette ouverture d'information judiciaire fait suite à une enquête préliminaire ouverte début octobre de l’année passée par le parquet et à une enquête administrative des services de la répression des fraudes.

La justice américaine ne manque pas à l’appel
De même, les États-Unis ont étendu leur enquête contre Volkswagen pour la même affaire, a indiqué, mardi dernier à l'AFP, toutefois pour une raison de fiscalité. En effet, le ministère de la Justice se demande si le groupe n'a pas abusé des incitations fiscales américaines puisque nombre de clients ayant acheté des véhicules au centre du scandale ont bénéficié d'un crédit d'impôt de 1.300 dollars destiné à l'achat des voitures.

L’action Volkswagen continue sa baisse. Les autorités judiciaires allemandes indiquaient que leur enquête pénale avait été élargie à 17 personnes et non plus six, tout comme annoncé vers la fin de l’année 2015. Volkswagen a reconnu au total avoir installé des logiciels truqueurs dans 11 millions de voitures dans le monde, un scandale qui a fait fondre sa capitalisation boursière et a conduit au départ de son ex-patron, Martin Winterkorn.

De son côté, le cours boursier a fondu depuis l’éclatement de l’affaire, passant de 131,75 DH, à 112,70 DH à l’heure où nous mettions sous presse. Le constructeur a rejeté la faute sur une «poignée de personnes» : Quelques cadres ont été suspendus ou limogés depuis l'éclatement de l'affaire, notamment le directeur de la recherche de la filiale Audi.

D’après les récentes révélations, Martin Winterkorn, ex- patron de Volkswagen, aurait pu être au courant du problème dès mi-2014, quand un document interne l'a alerté sur les questions soulevées par l'autorité californienne de l'Environnement.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages