A lire aussi

04-12-2019 09:31

Lubna Azabal commente son rôle dans "Adam"

"J'ai tout fait pour convaincre Mariam Touzani" afin de jouer ce rôle dans le film "Adam". Cette…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Épargne & Invest

La rémunération moyenne des DAT proposés par les banques a marqué une étonnante hausse en décembre dernier.

À la surprise générale, la rémunération moyenne des dépôts à terme a enregistré une étonnante hausse en fin d’année 2015. En effet, alors que la négociation des taux par les clients était de plus en plus serrée durant la deuxième moitié de l’année écoulée, voilà que les dernières statistiques publiées par Bank Al-Maghrib notent que le rendement moyen des dépôts à terme a marqué une hausse mensuelle de 200 points de base en décembre dernier. Ces mêmes statistiques font apparaître un rendement moyen de ces produits d’épargne se situant à 3,8% en décembre, contre 3,6% un mois auparavant. Cependant, il est important de signaler que cette évolution cache des disparités. Dans le détail, la rémunération moyenne des dépôts à 12 mois a enregistré, sur la même période, une hausse de 250 pbs pour se rapprocher des 4%. Elle s’est ainsi située à 3,94%. En revanche, quand il s’agit des dépôts à 6 mois, le rendement moyen a plutôt enregistré un recul de 30 points de base pour se fixer à 3,44% en décembre 2015. Il s’agit de variations étonnantes quand on sait que la rémunération de ces produits ne varie pas sensiblement d’un mois à l’autre (quelques points de base habituellement) et que son évolution a observé une tendance baissière l’année dernière.

Impact des institutionnels
Aussi les rendements des DAT reculait en 2015 en raison de la situation confortable, toujours d’actualité, du secteur bancaire. En effet, la sous-liquidité que vivait le secteur bancaire au Maroc depuis quelques années s’est résorbée, profitant entres autres de l’amnistie accordée par l’Office des changes pour le rapatriement des avoirs détenus par les Marocains à l’étranger, opération intervenue en 2014. L’amélioration de la liquidité a ainsi poussé les banques marocaines à baisser leur offre en termes de rémunération des produits d’épargne, notamment des dépôts à terme. Cette situation a, en revanche, eu tendance à s’inverser durant le dernier trimestre de l’année puisque toutes les banques se lancent dans une course aux chiffres afin de maintenir leurs parts de marché en termes de dépôts. Aussi, la moyenne des taux calculée par BAM peut être influencée par le segment des institutionnels vu le montant des dépôts (100 MDH et plus) ainsi que les taux dont ils bénéficient. Puisque la négociation peut être plus flexible pour cette catégorie, ces derniers peuvent dépasser 4%. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages