A lire aussi

09-12-2019 13:50

Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF

Les agences des Nations Unies UNFPA Maroc, UNICEF Maroc et ONU Femmes Maghreb ont organisé ce…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Épargne & Invest

Mprès un exercice 2015 dans le rouge, la place boursière casablancaise n’est toujours pas parvenue à sortir de sa léthargie et clôture le premier mois de l’année 2016 sur une note négative. En effet, à en croire le dernier bulletin mensuel de la Bourse de Casablanca, l’indice phare de la place casablancaise, le Masi, a clôturé le mois de janvier en baisse de -0,30% à 8.898,99 points. En revanche, le Madex a affiché un léger rebond de +0,02% à 7.256,97 points au titre du même mois. Le retrait du Masi, au titre du mois de janvier 2016, trouve son origine, selon les analystes du marché, dans la contre-performance accusée par une bonne partie des grandes capitalisations telles que Wafa Assurances (-5,66%), Lafarge Ciment (-4,51%), Holcim (-2,91%), Attijariwafa bank (-2,86%) et BMCE Bank (-1,45%). Ces cinq valeurs concentrent, à elles seules, -1,18% des pertes accumulées par le marché durant le mois de janvier écoulé, selon les calculs des analystes du Crédit du Maroc Capital (CDMC). En revanche, l’évolution négative de la cote a été adoucie par la hausse enregistrée par certains blue-chips. On note, dans ce sens, les titres Cosumar (+11,44%), Addoha (+11,26%), Ciment Du Maroc (+9,76%) et IAM (+3,67%). La valorisation globale du marché est de son côté ressortie à 451,37 MMDH, en dégradation de 1,95 MMDH par rapport au mois de décembre 2015, soit une baisse de 0,43%. De son côté, le volume quotidien moyen de la BVC s’est limité à 51,1 MDH contre 139,03 MDH une année plus tôt. En termes de perspectives, les analystes restent mitigés.

En effet, ceux de CDMC estiment que le marché boursier casablancais devrait s’orienter positivement durant le mois de février 2016. La place casablancaise devrait vraisemblablement anticiper l’amélioration convoitée de la masse bénéficiaire des sociétés cotées à l’issue de la publication des résultats annuels 2015 ainsi que les opérations des introductions en Bourse de quelques grandes entreprises telles que MARSA Maroc, en vue d’injecter du papier frais et de qualité, indispensable pour ranimer à nouveau la BVC. D’autres analystes restent moins optimistes. De leur avis, les perdants et les gagnants seront les mêmes en 2016, car après cinq années consécutives de baisse, un climat de méfiance règne sur le marché actions.

De ce fait, il y aura probablement un certain rebond en début d’année, en raison des opérations de window-dressing, réalisées par certains gérants, mais il ne s'agira pas là du redressement tant attendu par les professionnels. Ces mêmes analystes demeurent en effet pessimistes quant à l’évolution des actions cotées à la Bourse de Casablanca en 2016. Et pour cause: au vu des réalisations semestrielles (au titre du 1er semestre 2015) publiées par les sociétés du Masi, l’affaire du raffineur Samir et le flou qui entoure la situation d'Alliances, ils ne s’attendent pas à une évolution exceptionnelle des résultats financiers annuels. Notons que le marché des OPCVM est un bon indicateur des performances, vu qu'il compte actuellement un total actif de plus de 330 MMDH.

L’action surprend
Si vous avez placé votre argent en OPCVM actions en ce début de 2016, alors vous avez plutôt bien fait. La tendance observée sur le marché boursier n’a pas fortement impacté les fonds investis dans les actions. À la grande surprise générale, cette classe d’actifs a performé en janvier dernier. La catégorie OPCVM actions grand public a gagné du terrain, avec une évolution mensuelle moyenne de 0,35%. Cette évolution cache cependant des disparités, puisque 50 des 65 fonds actions grand public ont pu placer leur performance en territoire positif, avec à leur tête «FCP Capital Participations» de BMCE Capital Gestion qui a généré une performance de 2,40%. Il est suivi de «CFG Émergence» de CFG Gestion et de «FCP Al Badil Chaabi Ashoum», fonds également géré par Upline Capital Management, avec des performances respectives de 2%
et 1,9%.

Le diversifié s’en sort aussi
De même, les OPCVM diversifiés grand public, investis en partie en actions, s’en sortent presque aussi bien que les OPCVM actions du fait qu’ils soient également investis sur le marché des taux. La performance annuelle moyenne, au titre du mois de janvier dernier, des fonds diversifiés grand public ressort positive à 0,33%. Il est à noter que seuls 10 des 41 fonds de cette catégorie de fonds ont enregistré des contre-performances. «Africapital Sécurité», un fonds d'Africapital Management, affiche la plus forte performance au titre du premier mois de l’année 1,6%. «Ad Balanced Fund» d'AD Capital occupe la deuxième place de la catégorie avec une évolution de 1,4%. «FCP RMA DIVERSIFIEWG», de RMA Asset Management s’approprie la troisième place du podium avec 1,3% de performance.

L’Obligation MLT perd du terrain
Les performances des fonds, investis dans les obligations moyen et long termes grand public, ont gagné du terrain durant le mois de janvier dernier. De ce fait, la performance mensuelle de cette catégorie ressort à 0,25%. Les performances de 2 fonds OMLT grand public sur 79 sont ainsi restées en territoire négatif le mois dernier. La plus forte hausse mensuelle est à mettre à l’actif de «FCP Al Iddikhar Chaabi Tawil Al Mada» d'Upline Capital Management qui a réalisé une performance de 0,6%. Il est suivi, de près, par «Émergence rendement banque» de Valoris Management, avec une progression annuelle de 0,55%, et «CDG Partage» de CDG Capital Gestion avec une performance annuelle de 0,5%.

Le CT peu rémunérateur
Les fonds obligations court terme grand public ont affiché, en moyenne, une performance de 0,3% en janvier 2016. «CDG Dynamic Court Terme», de CDG Capital Gestion, s'est démarqué des 36 fonds grand public de sa catégorie, en réalisant une performance mensuelle de 0,35%. Il est suivi par «SG Court Terme Oblig» de Sogécapital Gestion et «Emergence Bank» de Valoris Management, qui marquent respectivement des hausses mensuelles, au titre de janvier dernier, de 0,34% et 0,33%. À l’image des fonds Obligations CT, les 49 fonds monétaires grand public ont enregistré une performance mensuelle moyenne positive de 0,22%. C’est «Emergence Money Market Fund», de Valoris Management qui s’affiche en tête de liste, avec une performance annuelle de 0,32%. Il est suivi de près par «CFG Tresocorp» de CFG Gestion et «FCP Capital Imtiyaz Trésorerie», de BMCE Capital Gestion, qui ont offert des rendements annuels respectifs de de 0,3 et 0,28%.

Bonne reprise des contractuels
Bonne reprise pour les OPCVM contractuels en 2016, après avoir affiché une perte de vitesse en 2015. «FCP Attijari Gold» de Wafa Gestion, grande star de cette catégorie d’OPCVM, a marqué une hausse mensuelle de 4,7%. Attijari Gold a été impacté par l’évolution de l’or, depuis le début de l’année. Pour mémoire, ce fonds a pour objectif de reproduire le cours du London Gold Fixing, exprimé en dollars, pour une once d'or, tel que publié par The London Gold Market Fixing Limited, à 15h (heure de Londres), sur Bloomberg. Certes, les cours de l'or ont nettement baissé, depuis leurs records de 2011, mais ce dernier garde toujours le statut de valeur refuge. De ce fait, Attijari Gold demeure donc un bon placement, à croire les professionnels, surtout qu’il s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux institutionnels, puisqu'on peut acheter des parts à partir de 1.000 DH seulement. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages