A lire aussi

21-10-2019 10:20

Le Front national pour la sauvegarde de la Samir tient une AG

La société La Samir est en cessation d’activité depuis 2015, faute de moyens financiers. Dans le…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Suite logique au modèle dont il dérive, le GLE Coupé mise sur sa silhouette dynamique et son arrière typé «fastback» pour capter une clientèle un brin plus esthète et en quête de différenciation dans un segment où le design, le luxe et la sportivité comptent plus que jamais.

Adulé par certains et décrié par d’autres, le sous-segment du SUV coupé existe tant bien que mal et parvient pourtant à faire aussi bien des adeptes auprès de la clientèle que des émules chez les constructeurs. Parmi eux, Mercedes-Benz n’en est pas à sa première tentative, bien que le privilège de la primauté revienne à son concurrent direct, BMW qui avait initié la tendance dès 2008 avec la première génération de son X6. Aujourd’hui, cette rivalité se joue à couteaux tirés. D’abord, parce que le GLE Coupé se renouvelle en même temps que le grand SAC (Sport Activity Coupe) bavarois. Ensuite, parce que cette nouvelle mouture a toutes ses chances pour plaire à une clientèle à la fois hétéroclite et très exigeante. À commencer par un coup de crayon des plus réussis.

Une belle extrémité
Beau, dynamique et ramassé. Voilà en gros comment l’on pourrait qualifier le look du GLE Coupé qui hormis son pavillon et sa poupe conserve l’essentiel stylistique du modèle dont il dérive. Cela étant, assimiler ce véhicule à un simple GLE tronqué serait réducteur face au travail des designers. En effet, les équipes de Gorden Wagener ont tenté, non sans dextérité, de réduire l’aspect mastoc généralement affiché par ce type de SUV. Il faut ainsi savoir que la carrosserie change dès les montants A avec un pare-brise plus incliné suivi d’une ligne de toit qui fléchit aussitôt avant de plonger vers l’arrière vers une poupe au traitement inédit. Celle-ci abandonne la bande chromée qui la traversait et a droit à une lunette moins arrondie, des nervures plus prononcées et des blocs de feux en forme quasi-triangulaire, au dessin fortement inspiré des récentes berlines CLA et CLS. Question dimensions, le GLE Coupé s’étend sur une longueur de 4,94 mètres pour une largeur de 2,01 m. Du coup et malgré une silhouette rabaissée de quelques centimètres, il s’avère plus imposant que le GLE classique.

Plus cocooning à l’arrière
À propos de dimensions toujours et par rapport à l’ancien GLE Coupé, le coffre a glané 5 litres atteignant un volume de 655 litres. Sa capacité atteint même 1.790 l si l’on sacrifie les places arrière qui, elles aussi, ont eu droit à une majoration de l’espace et notamment pour ce qui est de la longueur aux jambes. Une façon de dire que malgré sa philosophie axée sur la sportivité, le GLE n’en oublie pas de choyer le confort de ses passagers. Cela, même si, pavillon fuyant oblige, les occupants de la banquette auront une garde au toit limitée et un espace de vie plus cocooning. La présentation intérieure n’aura rien de dépaysant pour les adeptes de la marque. Mieux encore, la planche de bord est reprise à l’identique du GLE «normal» avec sa double dalle numérique. Deux écrans juxtaposés, l’un affichant les données de conduite, l’autre au centre, gérant diverses commandes dont celles du système d’info-divertissement MBUX (Mercedes-Benz User Experience). Pour combler une clientèle résolument jeune et branchée ou simplement mélomane, Mercedes annonce l’intégration du service de streaming «Amazon Music» au courant de l’an prochain. Du coup, tous ceux qui sont abonnés aux programmes du géant américain (Amazon Prime, Amazon Music Unlimited…) auront accès à des millions de titres par simple échange vocal avec l’assistant MBUX qui est doté d’intelligence artificielle et activable par les mots «Hey Mercedes». Le tout dans un univers marqué par des notes sportives, matériaux de haute volée, une qualité de finition tutoyant le luxe artisanal ainsi qu’une pléthore d’équipements de confort et d’aides à la conduite.

Il ne jure que par des 6 cylindres
Parmi elles, le système «E-Active Body Control» constitue actuellement le nec plus ultra en matière de suspensions pilotées. En effet et encore plus élaboré que l’option Airmatic qui déjà optimise le confort et compense le roulis, l’«E-Active Body Control» module automatiquement le tarage des suspensions et les lois d’amortissement de façon individuelle à chaque roue et cela en fonction des conditions de roulages et la surface rencontrée ! Un atout majeur dans les pays où les routes sont en mauvais état. Mécaniquement, le GLE Coupé débutera sa carrière avec de gros moteurs et strictement des six cylindres de 3.0 litres de cylindrée. Il s’agit des versions diesel 350d (272 ch/600 Nm) et 400d (330 ch/700 Nm). Les deux recourent à une boîte automatique à 9 rapports (9G-Tronic) et à la transmission intégrale 4Matic qui est capable de répartir le couple entre les essieux selon un rapport de 0 à 100%. En essence, le GLE Coupé ne sera disponible dans un premier temps qu’en une seule version bien musclée à savoir, la 53 AMG. Au menu : 435 ch sous le capot et un comportement d’athlète avec en prime un look distinctif et un habillage plus sportif à bord. Enfin, le lancement mondial du GLE Coupé se fera encore attendre quelques mois, celui-ci n’arrivant qu’en 2020 et en même temps que les hirondelles, c’est-à-dire au printemps prochain.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages