A lire aussi

09-12-2019 10:59

Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !

le groupe mythique Gnawa Diffusion se produira ce samedi 14 décembre 2019 au théâtre national…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Déjà leader du segment des berlines familiales avec le duo Passat-CC, l’importateur de Volkswagen veut y asseoir sa domination en s’y attaquant par le haut. Ainsi arrive l’Arteon, une allemande au sang chaud, puisqu’elle incarne le design VW dans sa plus belle expression.

Après une année faste au terme de laquelle il a vendu 11.856 véhicules, l’importateur de Volkswagen a démarré l’année sur les chapeaux de roues. Ses ventes ont même bondi de 53% en janvier à près de 1.100 livraisons, ce qui propulse la marque phare de la Centrale automobile chérifienne (CAC) à la troisième place du marché ! Le constat à faire est sans équivoque : les Volkswagen plaisent plus que jamais, fortes d’un design qui plaît au même titre que leur dotation en équipements. Ce sont précisément sur ces deux registres que joue l’Arteon, un coupé-berline qui ne se contente pas de remplacer la CC, se positionnant à la lisière du segment supérieur, celui des routières.

Assurément une belle création
«Enfin une Volkswagen qui a du chien !», c’est probablement ce que diront bien des amateurs du design automobile en général et des belles voitures en particulier. Sur 4,86 mètres de long (soit 10 cm de plus qu’une Passat), l’Arteon étale un sublime coup de crayon. Au vu du traitement de la face avant, le capot donne l’impression de déborder vers le bouclier à travers ses nervures qui se prolongent visuellement via la calandre en deux parties. Les projecteurs doublement soulignés de LED accentuent la personnalité de cette allemande, tandis qu’à l’arrière, les feux longilignes «meublent» subtilement une poupe, mise en valeur par l’épaulement de la ceinture de caisse. L’ensemble respecte les codes esthétiques du coupé-berline, avec des portes dépourvues d’encadrement, un profil bas (1,42 m de hauteur) et une ligne de toit fuyante. Le résultat est, on ne peut sexy, au point que Volkswagen ose évoquer «le style d’une Gran Turismo».

Des équipements de haute volée
À l’intérieur, en revanche, «l’Arteon se présente plus comme une berline qu’un coupé» dixit, à juste titre, Zineb Oukacha, directrice marketing et communication de Volkswagen à la CAC. En disposant du plus grand empattement du segment (2,84 m), l’Arteon promet ainsi une belle habitabilité à ses cinq occupants. Accessible via un hayon, le coffre affiche une capacité gigantesque de 563 litres. À la qualité des matériaux et la rigueur germanique des assemblages, l’Arteon ajoute un argument de poids : l’équipement. Au Maroc, celui-ci est configuré en 4 niveaux dits : Advance, Business, Elegance et R-Line. Le premier va bien au-delà de l’ordinaire, avec notamment le régulateur de vitesse, la clim’ automatique, les rétros rabattables électriquement, le détecteur de fatigue, les capteurs de pluie et de luminosité, l’affichage de la pression des pneus (de roulage à plat) et l’interface multimédia à écran de 8’’, 8 HP et système AppConnect (connectivité Bluetooth pour smartphone compatible avec Apple CarPlay, Android Auto et MirrorLink). La 2nde finition va plus loin, offrant des sièges chauffants et habillés de cuir et d’Alcantara, l’accès mains-libres et le démarrage par bouton, les radars de stationnement Av/Ar et le freinage automatique d’urgence Front Assist. Le 3e niveau se veut encore plus huppé à travers son éclairage d’ambiance (tricolore), ses applications décoratives en bois précieux, son instrumentation digitale, son vitrage arrière surteinté, sa caméra de recul, son écran tactile avec module GPS (cartographie Maroc) ou encore son siège conducteur avec fonction massage. Enfin l’Arteon R-Line a tout pour elle : sellerie en cuir nappa, sièges ergonomiques à réglages électriques (14 voies) mémorisables, jantes alu’ 19’’, toit panoramique ouvrant, affichage tête-haute, assistant de changement de voie «Side Assist» et régulateur de vitesse et de distance (ACC) actif jusqu’a 160 km/h.

Aux portes du premium
Voilà ce qui permet de dire que «Volkswagen devient l’entrée de gamme du premium», selon les propres termes de Youssef Touhami, directeur de VW à la CAC. Cela d’autant plus que toutes les versions sont dotées d’office de la boîte automatique DSG à 6 vitesses et palettes au volant. L’offre mécanique se concentre sur le 2.0 litres TDI de 150 ch (177 ch sur la R-Line), un diesel éprouvé, sobre (5,2 l et 5,6 l/100 km) et véloce (220 et 230 km/h) sous le capot de l’Arteon. Enfin, avec des tarifs allant de 380.000 à 570.000 DH, ce coupé à cinq portes est clairement positionné au-dessus de la Passat, mais s’avère moins onéreux que son cousin de chez Audi, l’A5 Sportback. Par son style et ses équipements, il peut être perçu comme une alternative crédible à son rival à 4 anneaux. Une chose est sûre : le logo VW n’est définitivement plus un blason roturier ! 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages