A lire aussi

18-09-2017 20:00

Dysfonctionnements de l’enseignement : La réforme est possible selon Hassad

«La réforme du secteur de l’enseignement est possible et faisable». En tout cas, c’est la…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Jadis prospère, Suzuki Maroc est aujourd’hui au point mort. Un litige entre les frères héritiers du père fondateur du groupe Bamaarouf a eu raison des ventes marocaines de ce label, désormais représenté par un autre importateur.

Qu’il est loin le temps où Suzuki Maroc vendait des voitures. Après le début des années 2000, l’âge d’or de cet importateur, dirigé à l’époque par Abderrahim Benkirane, les ventes s’étaient stabilisées autour des 1.000 unités annuelles, avant de rebondir, sous l’effet de la Maruti, entre 2006 et 2007, pour atteindre un pic historique de 2.627 unités en 2008. Les bilans suivants s’avèrent moyens, jusqu’en 2013, année marquant le début du déclin, avec tout juste 633 unités écoulées, puis 483 autres en 2014 et 271 en 2015. Que s’est-il passé ? Emprise à des difficultés financières, elles-mêmes nées d’une mésentente entre les héritiers de la famille saoudienne Bamaarouf qui en est propriétaire, la société a doucement sombré dans le chaos. Si bien qu’en 2016, seuls 12 véhicules badgés d’un grand S ont été immatriculés. L’asphyxie financière a achevé de donner vie à l’entreprise, qui a cessé ses importations, et a même manqué de payer son personnel depuis novembre !

En fait et plus qu’un simple litige entre les frères Bamaarouf, c’est une grosse bataille qui se joue autour du siège même de Suzuki Maroc. En jeu : la valeur foncière des locaux, dont la superficie totale frôle l’hectare (9.700 m²). Un bien immobilier valorisé à plus de 200 millions de dirhams, et ce, du fait de son emplacement, non loin de la future gare TGV Casa-Voyageurs. Fort heureusement, cette année, Suzuki intègre le portefeuille des marques automobiles importées par CFAO Motors Maroc, aux côtés d’Opel et Chevrolet. Selon nos informations, les premiers showrooms seront finalisés à la fin du premier trimestre et les premières productions dédiées à CFAO seront bientôt lancées pour une disponibilité en juin. La gamme comprendra cinq modèles, à savoir, l’Ignis, la Baleno, le S-Cross (SX-4), le Vitara, ainsi que la toute nouvelle Swift. Gageons qu’avec ce nouvel importateur, Suzuki sera durablement représentée au Maroc.   

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages