A lire aussi

17-10-2019 15:13

FIFM: Tilda Swinton, Présidente du jury de la 18e édition

L'actrice écossaise Tilda Swinton présidera le Jury de la 18e édition du Festival International du…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Née il y a un peu plus de quarante ans, la Passat incarne toujours sa double mission originelle, à savoir tirer la gamme Volkswagen vers le haut, puis surtout plaire aux (pères de) familles et aux cadres moyens. Généalogie d’une référence parmi les berlines familiales.

Bien que Volkswagen véhicule une image jeune et branchée, son catalogue compte plus d’une quadragénaire. Elles s’appellent Polo, Golf ou encore Passat. Cette dernière, dont le patronyme évoque le vent (Passat signifie «Alizé» en allemand) a été lancée au printemps 1973. À l’époque, le groupe allemand profitait déjà des synergies internes, puisque pour la conception de cette première génération, dite Passat B1, c’est l’Audi 80 qui a servi de base technique. Point commun entre ces deux cousines: elles ont été dessinées par l’Italien Giorgetto Giugiaro, l’un des plus grands designers de tous les temps. Au début, seules deux carrosseries sont proposées : une 2 portes à hayon fixe et une 5 portes. Sa mission, répondre aux besoins des familles à budget moyen, en proposant de l’espace, de la polyvalence et de la puissance avec des moteurs offrant de 54 à 85 ch. Le succès est immédiat et la clientèle bien ciblée, si bien que l’auto est déclinée en break (Variant) dès l’année suivante.

Un succès qui s’exporte
La carrière de la Passat B1 se prolonge jusqu’au début des années 80 et ne se limite pas à l’Europe. En effet, dès 1974, l’auto arrive au Brésil, puis en Amérique du Nord où elle s’ouvre les portes du succès. Résultat : au bout de sa première génération, la Passat atteint 2,5 millions de ventes au compteur ! L’heure de son remplacement sonne en 1981 lorsqu’arrive la Passat B2. Esthétiquement, celle-ci se veut plus cossue, en abandonnant les phares ronds et en adoptant d’épais pare-chocs en plastique noir. Surtout, cette seconde génération confirme sa notoriété et étend sa production au-delà des frontières allemandes, à travers des usines situées en Belgique, au Japon, au Brésil, en Afrique du Sud, en Espagne et même en Chine. Sur ce dernier marché, c’est la Santana, version tricorps de la Passat qui va se faire un nom avant de s’exporter vers l’Asie du Sud-Est. Techniquement, la Passat B2 pouvait se targuer de ses fameux TDI (un must à l’époque), mais aussi de proposer des blocs essence à 5 cylindres et une transmission intégrale. Un contenu qui a contribué à sa popularité, VW ayant écoulé plus de 5,5 millions de cette deuxième génération, ce qui en fait la plus vendue de toutes les Passat.

Fin du hayon et montée en puissance
La Passat B3 arrive à l’aube de l’année 1988. Au menu,  une carrosserie plus statutaire et désormais à trois volumes, avec un abandon définitif du hayon, hormis le break Variant. Avec ses 4,57 m de long (17 cm de plus qu’une Peugeot 405) et ses puissants moteurs TDI (90 ch) et V6 (174 ch), la Passat B3 se hisse en haut du segment. Quatrième du nom, la Passat B4 arrive 5 ans plus tard, avec un style plus moderne, marqué à l’avant par l’adoption d’une grille de calandre. Avec un équipement au diapason (airbags, sellerie cuir, toit ouvrant…), elle s’attire une clientèle plus premium. Une montée en gamme qui se poursuivra avec la Passat B5 qui arrive en 1996. Outre sa silhouette raffinée et marquée par un toit arqué, elle brille aussi par sa qualité d’assemblage, ses équipements sophistiqués et ses moteurs surpuissants. Il est désormais question de TDI allant jusqu’à 180 ch (2.5 V6) et même d’un V8 de 275 ch ! Cette fois, la Passat est bel et bien entrée dans une nouvelle dimension.

Des générations et des déclinaisons
Produite dès 2005, la Passat B6 est encore dans tous les esprits. Le style est plus jamais d’actualité au même titre que son contenu mécanique (moteurs essence FSI et TSI, boîte automatique DSG, V6 de 300 ch…). Des motorisations qui sont placées en position transversale, histoire d’optimiser l’espace habitable. En corrigeant le défaut de sa devancière (des suspensions rêches), elle a fait la part belle au confort. En 2008, apparaît la Passat CC (pour Coupé Confort), un coupé à quatre portes qui ne conservera ensuite que ses deux lettres. Plus proche de nous dans les temps, la Passat B7 date de 2010. Elle est en fait une version profondément et remarquablement restylée de la B6, grâce au concours du designer Walter de Silva. Avec elle, Volkswagen va très loin aussi bien en matière de sophistications de confort et de sécurité (amortissement piloté, aide au stationnement, détecteur de somnolence…) qu’en déclinaison, avec la proposition d’une version baroudeuse, dite Alltrack. Lancée vers la fin 2014, la Passat B8 voit ses nombreuses qualités récompensées. Elle a droit à tous les honneurs y compris celui du titre de «Voiture de l’année 2015» en Europe qu’elle remporte face à une certaine Mercedes Classe C !
Aujourd’hui, avec plus de 20 millions d’exemplaires produits et vendus durant ces quatre dernières décennies, la Passat est, à l’image des Volkswagen Coccinelle, Polo et Golf, l’une des voitures les plus populaires et les plus diffusées dans le monde. Une saga qui n’est pas prête de s’arrêter au vu du succès rencontré par la huitième génération. Pétrie d’atouts et bien positionnée parmi les siennes, elle est de plus en plus visible sur nos routes.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages